STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

dimanche 22 décembre 2013

Le castillet

Vue satellite du Castillet dans la commune de Perpignan.


Itinéraire d’accès depuis le Palais des rois de Majorque à Perpignan.



Description

C'est avant tout l'un des symboles de la ville de Perpignan.
La construction massive du bâtiment était celle d’un petit château fort défensif ce qui est correspond bien à sa fonction de défense d'une entrée d'enceinte.
Le corps principal de l'édifice, en briques et marbre de Baixas qui renforce les ouvertures, remonte à la période aragonaise.
La porte Notre-dame réalisée par l'architecte italien Bonissi dans les mêmes matériaux et harmonie que le Castillet, est destinée à renforcer la première construction de Pierre IV. Une tourelle crénelée de plan carré domine toujours la porte Notre-Dame faisant de cet édifice une œuvre à part entière. Seuls quelques détails d'architecture comme les mâchicoulis nous indiquent qu'elle a été construite à une époque plus tardive. Un élégant dais de pierre d'époque gothique abrite aujourd'hui une Vierge du XIXe siècle.
Il est considéré comme un monument archéologique des plus importants pour la ville, et présente un type d’architecture militaire unique en son genre. Son couronnement de grands créneaux, de mâchicoulis et ses tourelles de style mauresque, en font un site remarquable.
Il abrite en son sein le Musée Catalan des Arts et Traditions Populaires aussi appelé la Casa Païral, où la flamme de la Saint Jean est gardée précieusement toute l'année.


Chronologie

Comme son nom l'indique, le Castillet était une fortification protégeant la porte principale de l'enceinte de Perpignan. Son histoire est donc liée à celle de l'enceinte.
C'est au début du XIVe siècle que Perpignan se dote d'une vaste enceinte. Vers 1368, sous le règne de Pierre IV d'Aragon, le maître d'œuvre Guillaume Gatard sur ordre de l'Infant Don Joan d'Aragon, remplacera la porte dite du Vernet qui permettait de traverser les remparts et de faire communiquer la ville avec le faubourg. Le nouveau passage comportait un pont-levis qui n’existe plus. La construction massive du bâtiment était celle d’un château fort défensif pour résister à toute offensive venant du nord.
Après la prise de Perpignan par les troupes de Louis XI, la ville est renforcée pour lutter contre les agressions extérieures ou les révoltes internes contre la France. Entre 1475 et 1483, une importante citadelle autour du château royal est édifiée et le Castillet est renforcé.
Lors de ces travaux, on perce des meurtrières à arquebuses beaucoup plus nombreuses côté ville et on ouvre des fenêtres fortement grillagées sur la façade extérieure. Une terrasse crénelée et un joli lanterneau sont aménagés au sommet du monument pour supporter les canons et surveiller la plaine du Roussillon. Le Castillet s'enrichit également d'une nouvelle porte à l'Est et d'un Bastion au Nord aujourd'hui disparu.
Le traité des Pyrénées de 1659 marque un tournant dans la fonction de ce bâtiment qui devient prison d’État en 1697.
Durant cette période, nombre de roussillonnais opposent des résistances au pouvoir de Louis XIV. L'arrestation des Angelets du Conflent et de leur chef Don Carlos de Llar se termine par une exécution publique sur la place de la Loge face à la Loge de mer. Plus tard, pendant la Révolution française, la majeure partie des prisonniers se compose de prêtres, d'émigrés et de nobles.

L'enceinte connue moult perfectionnement, au fil du temps en fonction de l'évolution des techniques militaires, des diverses dominations politiques, et des options d'utilisations.
1857, année maudite, la municipalité souhaite démolir l'enceinte afin de faciliter la circulation. En 1904 débute la destruction des remparts, où même certaines parties classées monuments historiques ne sont pas épargnées.
Heureusement le Castillet a été épargné, ainsi que la Citadelle, le Palais des Rois de Majorque, et quelques miettes de rempart disséminées.
Au cours du XXe siècle, le Castillet abrita les archives municipales de ville de Perpignan au rez-de-chaussée et par la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées Orientales au premier étage, qui œuvre pour la connaissance de la culture roussillonnaise et de son histoire, puis en 1963, le Musée Catalan des Arts et Traditions Populaires également appelé la Casa Païral. Celui-ci a laissé la place en 2011 à un nouveau musée, le Musée d’Histoire de la Catalogne Nord.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.