STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

lundi 13 janvier 2014

Dictionnaire des mots obscurs

Page en cours de création merci de votre compréhension et votre indulgence

Vous trouverez ici les mots qui m'ont semblé bien obscurs pour un non littéraire comme moi.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q S T U V W X Y Z




A


Abus de langage. Erreur de langage qui se retrouve dans l'écriture, où le sens primaire du mot est détourné, dévoyé, voire perverti.

Acronyme. Sigles qui peuvent être prononcés comme un mot ordinaire, sans épeler les lettres.

Agnatique, agnats. Agnatique signifie qui appartient aux agnats (membre d’une même famille, par les hommes). Cette lignée se compose donc exclusivement des hommes ayant reçu du même ancêtre, de mâle à mâle, le même sang et le même culte.
Au pluriel, collatéraux descendant par mâles d’une même souche masculine.

Analogie, par analogie. Sens donné après un raisonnement fondé sur les ressemblances ou les rapports d’une chose avec une autre.

Antagonistes. Personnes qui s'opposent, qui sont adversaires ou ennemis. Voir Protagoniste.

Anthropomorphisme. L'anthropomorphisme est l'attribution de caractéristiques du comportement ou de la morphologie humaine à d'autres entités comme des dieux, des animaux, des objets, des phénomènes, voire des idées. Des exemples incluent notamment les animaux et les plantes, ainsi que des forces de la nature comme le vent, la pluie ou le Soleil sont décrits comme des phénomènes à motivations humaines, ou comme possédant la capacité de comprendre et réfléchir.

Anthroponymie. L'anthroponymie (étude des noms de personnes) est une science qui constitue une des parties de l'onomastique (étude de l'origine et de l'évolution des noms propres).


B



C


Castellologie. La castellologie (du latin castellum, château) est l’étude des châteaux du Moyen Âge (plus particulièrement du Xe au XVe siècle) et par extension des autres fortifications de cette époque. Elle s’intéresse à l’évolution, la fonction, la forme et les relations avec l’environnement des châteaux.
Cette discipline a pris son essor pendant les années 1980. Elle intègre la poliorcétique (voir ce mot) pour une part, mais s’intéresse également aux techniques de construction et aux parties habitables.

Chronique médiévale. Au Moyen Âge, une chronique est un ouvrage, parfois écrit collectivement, relatant une série de faits dans l'ordre de déroulement.

Cognatique. Descendance passant aussi bien et indifféremment par les hommes que par les femmes. Voir Agnitique


D


Démonyme. Synonyme désuet d'ethnonyme.


E


Épigraphie. Étude des écritures réalisées sur des matières non putrescibles telles que la pierre, l’argile ou le métal. Le but étant de les traduire, de les dater, de les replacer dans leur contexte culturel, et de déterminer les informations qui peuvent en être déduites.

Éponyme :
- une personne dont le nom a servi à nommer sa descendance ou sa dynastie ;
- personnage (Dieu, héros, saint) ayant donné son nom à un lieu ou un peuple ;
- un site ayant donné son nom à une culture.

Éponymie. L’éponymie est le fait de donner son nom à quelque chose. Ce qui donne son nom est un éponyme.
Par une utilisation abusive dans le langage courant, éponyme est souvent utilisé comme signifiant de même nom, sans que soit considéré lequel des deux termes a donné son nom à l’autre, ce qui est donc une incorrection sémantique.
Écrire que le préfet Poubelle a donné son nom à l’ustensile éponyme est incorrect (cette formulation impliquant en effet que ce serait l’ustensile qui a donné son nom à l’homme, alors que c’est l’inverse, c'est le préfet qui a donné son nom et qui est l'éponyme).

Ethnoarchéologie. L'ethnoarchéologie est une forme d'archéologie expérimentale par laquelle l'archéologie teste ses hypothèses sur des populations traditionnelles encore vivantes. Cette branche de l'archéologie a été développée principalement par les archéologues anglo-saxons, surtout dans le domaine de la Préhistoire.

Ethnonyme. Mot qui fait référence à un peuple, un groupe ethnique, par exemple salique pour les Francs Saliens.

Étymologie. L’étymologie est une discipline qui s'intéresse à l'histoire de la langue et des mots, en étudiant leurs évolutions.

Étymologies. (Etymologiæ) constituée de vingt livres écrits par Isidore de Séville, qui propose une analyse étymologique des mots divisée en 448 chapitres. Par cette œuvre, il essaie de rendre compte de l’ensemble du savoir antique et de transmettre à ses lecteurs une culture classique en voie de disparition. Son livre a une immense renommée et connaît plus de dix éditions entre 1470 et 1530, illustration d’une popularité continue jusqu’à la Renaissance. Sa méthode étymologique est un peu déconcertante. Il explique un mot par des termes phonétiquement proches [Rex a recte agendo (on appelle roi celui qui agit droitement)]. La plupart de ces étymologies, dont se sont moqués bien des savants depuis la Renaissance, veulent imprimer les mots facilement dans l’esprit du lecteur. Il contribue à la survivance durant le Moyen Âge de nombreuses œuvres antiques par sa technique de citation. C’est l’organisation particulière de ce livre qui vaudra à Isidore d’être saint patron des informaticiens.


F


Fleurdelisé, fleurdelysé. Décoré par des fleurs de lys.


G



H


Hagiographie. Écriture de la vie et/ou de l'œuvre des saints.

Historiographie. Écriture de l'Histoire.

Hyponyme. Mot dont le sens ou la compréhension est plus spécifique que celui d’un autre. Par exemple, destrier est un hyponyme de cheval, et cheval est un hyponyme de mammifère, lui-même hyponyme d'animal.


I



J



K



L


Limes. Ce terme ne désigne pas ici une râpe pour métal, mais le nom moderne, donné à certaines frontières de l’Empire romain, militarisées dans un but défensif et douanier. À l'origine, limes désignait un chemin de patrouille à la frontière. Idéalement constitué d’une ligne de tours de guet, de fortins, de portes fortifiées et de villes de garnison espacés de sorte à pouvoir communiquer par signaux visuels et/ou sonores.
Ces diverses fortifications sont reliées par un fossé et/ou un mur en pierre ou en bois. Elles sont desservies par une rocade et des pénétrantes.
Parmi les plus célèbres on trouve le mur d’Hadrien.


M


Maison. En dehors de l'usage de ce terme pour désigner une habitation, elle désigne une famille ou descendance d'un souverain ou d'une personne importante.
Au sens religieux, la maison désigne dès le début du XIIe siècle l'établissement d’une communauté religieuse comme la maison de chartreux (Chartreuse), de capucins, de clarisses, ou encore les maisons provinciales d’un ordre.

Métaplasme. Altération dans un mot autorisée par l’usage, au point de vue de sa forme de sa prononciation ou son écriture.

Métathèse. Métaplasme qui consiste dans l'inversion de deux lettres ou phonèmes (son).

Métonymie. La métonymie est une figure très courante, qui consiste à remplacer le terme propre par un autre qui lui est proche ou qui en représente une qualité (cause, possession, partie ...) et qui a avec lui une relation logique. Très proche de la métaphore, elle aboutit à une anomalie du discours qui permet de la repérer comme dans la phrase ci-après : après six années de siège, la cité a faim. Dans cette phrase, le mot cité désigne moins la ville en elle-même que ses habitants. Il y a relation métonymique entre les habitants et la ville, ces derniers étant une partie du tout qu’est la cité.


N


Néologisme. Un néologisme est un mot nouveau. De manière générale, le phénomène de création de nouveaux mots est appelé néologie.


O


Onomastique. L'onomastique est l'étude de l'origine et de l'évolution des noms propres.


P


Phonème. En linguistique, c'est l'unité distinctive de prononciation dans une langue. Deux sons sont des phonèmes si, dans un mot, la substitution de l’un par l’autre entraîne un changement de sens par exemple dans père et mère, le son "p" est un phonème et le son "m" est un phonème. On transcrit traditionnellement les phonèmes par des lettres placées entre des barres obliques, /a/, /t/, /ʁ/, etc., selon la règle un phonème = un symbole.

Poliorcétique. Le terme poliorcétique vient du grec poliorketikos, qui désigne ce qui est relatif à la technique du siège des villes et places fortes, ou l’art et la technique du siège. On l’applique aussi à la défense des places fortes contre les sièges. Elle fait partie la castellologie.

Protagoniste. Un protagoniste est un personnage principal d'un événement. Voir antagonistes.


Q



R



S


Sémantique. La sémantique est une branche de la linguistique qui étudie le sens ou la compréhension d'un mot ou un groupe de mots.

Souverain/Suzerain. Le mot souverain dans le sens où il désigne le détenteur d’un pouvoir suprême (souveraineté) sur un groupe d’hommes. Historiquement, le souverain est un prince, à la tête d’une aristocratie, et porte souvent le titre de roi et parfois d’empereur. C’est pourquoi il est devenu synonyme de roi ou de monarque.
Dans le système féodal, le suzerain est un seigneur qui octroie un fief à son vassal lors de la cérémonie de l’hommage.

Syntaxe. La syntaxe est, à l'origine, la branche de la linguistique qui étudie la façon dont les mots se combinent pour former des phrases ou des énoncés dans une langue.


T


Théonyme. Nom d’un dieu.

Toponymie, toponyme. La toponymie est la science qui étudie les noms de lieux, ou toponymes. Elle se propose de rechercher leur ancienneté, leur signification, leur étymologie(leur origine), leur évolution, leurs rapports avec la langue parlée actuellement ou avec des langues disparues et leur impact sur les sociétés. Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), elle est l'une des deux branches principales de l'onomastique (étude des noms propres), elle-même branche de la linguistique.


U


Universaux. Idées ou termes généraux permettant de classer les êtres et les idées dans la terminologie scolastique.

V



W



X



Y



Z




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.