STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

samedi 25 janvier 2014

Les boucliers

Le bouclier est un terme apparu vers le XIIe siècle sous la forme escut bucler signifiant écu garni d'une bosse. C'est une arme défensive destinée à se protéger des traits ou des coups. À base de végétaux ligneux (bois, osier, paille, etc), renforcé de toile épaisse, de cuir et de métal. Parfois une partie saillante est assujettie à l'avant appelé umbo, à l'arrière divers systèmes permettant de le tenir à la main voire au bras et/ou de le fixer hors des combats pour le portage par exemple.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z




A


Antilabé. Poignée à l'arrière du bouclier aspis koilè (voir ce nom).

Aspis. L’aspis (en grec ancien bouclier) est utilisé dans cette région durant l'Antiquité par l'infanterie et la cavalerie. Il connaît de nombreuses évolutions de matériau, de forme et de moyen de préhension, s'adaptant aux nouvelles armes offensives ayant un meilleur pouvoir de pénétration, aux techniques de fabrication et aux divers types de formations de combat pratiquées par les combattants.

Aspis en forme de 8. Bouclier réalisé en matériaux périssables, formé d'une armature en bois bombée en deux lobes superposés lui conférant vaguement une forme de 8 sur laquelle sont cousues des peaux de bœufs. Le cuir tendu et séché a en effet la propriété d'être très résistant à la pénétration des flèches, voire des lances. Il est suspendu à l'épaule par le télamon, une lanière de cuir, qui laisse les deux mains du combattant libres. Placé devant lui durant l'affrontement, le bouclier est rejeté sur l'épaule lors des déplacements de la troupe ou en cas de fuite. Époque minoenne (IIe millénaire avant J.-C.).

Aspis en forme de tour. Outre l'aspis en forme de 8, toujours utilisé, un autre type de bouclier fait son apparition basé sur les mêmes matériaux. Cet aspis-tour est une arme de grande dimension, sensiblement de la hauteur d'un homme, de forme rectangulaire, arrondi sur sa partie supérieure et bombé suivant une ligne verticale. Il est lui aussi réalisé en peaux de bœuf (jusqu'à sept épaisseurs) cousues à une armature de bois, parfois additionné d'une plaque de bronze et soutenu grâce au télamon. Époque mycénienne (Deuxième moitié du IIe millénaire avant J.-C.).

Aspis en forme de trapèze. Vers 1200 avant J.-C. apparaît un bouclier arrondi sur sa partie supérieure et échancré au bas, plus petit que les modèles en 8 ou tour.

Aspis échancré. C'est le modèle le plus répandu durant la période IXe VIIIe siècles avant J.-C.. Toujours suspendu à l'épaule et fait de bois recouvert de peaux, il est de grande taille, arrondi dans ses parties supérieures et inférieures et présente deux échancrures de part et d'autre à mi-hauteur.

Aspis koilè, koilè de l'hoplite Appelé aussi hopion à tord , ce terme désigne de façon générique une arme. Utilisé du VIIe au IVe siècle avant J.-C., l'aspis koilè (bouclier creux) est un bouclier rond de 90 centimètres à un mètre de diamètre, bombé et dont le système de préhension est révolutionnaire pour l'époque; soutenu par l'ensemble de l'avant-bras. Il se compose d'une armature de bois recouverte par une plaque de bronze décorée d'un emblème (l'épisème) identifiant le combattant et la cité pour laquelle il lutte. Ces peintures peuvent représenter des animaux (serpent, oiseau, lion, etc.), des figures mythologiques (gorgone, centaure, pégase, etc.) ou une lettre (comme le V inversé représentant le λ (lambda) majuscule de Lacédémone (Sparte)) entre autres. Au centre de la face interne du bouclier recouverte de cuir vient se fixer un brassard (porpax) façonné anatomiquement et parfois ouvragé dans lequel se glisse l'avant-bras. La poignée (antilabè) fixée près du bord est faite de cuir ou de corde. L'ensemble est complété par une cordelette qui court près du bord intérieur au travers d'œillets chevillés et qui sert à pendre le bouclier au repos. On trouve aussi parfois fixée sur sa partie inférieure une pièce de cuir à franges, elle aussi décorée, destinée à offrir une meilleure protection des cuisses. D'un poids d'environ 8 kilogrammes, c'est une arme réservée à l'infanterie lourde qui est formée par les hoplites.Certaines version de l'aspis koilé auraient eu des échancrures latérales.

Anti-émeute. Le bouclier anti-émeute est utilisé par les forces de police dans la lutte anti-émeute où il sert de protection contre les jets, mais aussi comme appui afin de repousser les manifestants (porté habituellement par les seuls policiers en première ligne). Il est en général transparent ou avec une fenêtre transparente afin de permettre la vision tout en se protégeant. Certains modèles métalliques sont pourvus de trous pour la vision.


B


Boce. Petit bouclier rond fixé au fourreau de l’épée pour le transport et tenu de la main opposée à l’arme pendant le combat ou du même côté.


C


Celte. Le bouclier celte est généralement haut et étroit de forme rectangulaire, rectangulaire avec les extrémités arrondi, ou carrément ovale allongé. Constitué de bois souvent en plusieurs couches collées, recouvert de tissu épais ou de cuir avec de rares renforts de métal. Des modèles courts et recouverts de bronze richement orné sûrement à usage religieux ont été retrouvés dans des lacs et rivières. Ce bouclier était aussi utilisé par les gladiateurs de type gaulois.

Chat. Arme de siège collective de type défensif constituée d'une armature de bois ou de métal, recouvert de cuir mouillé, montée sur roues permettant aux soldats ou aux sapeurs de s'approcher des fortifications. Ces protections étaient aussi appelées truie, taupe ou renard.

Clipeus, Clipeum. Grand bouclier rond ou ovale d'abord utilisé par les Étrusques puis les Romains. Le modèle des Romains était ovale, cintré et couvert de cuir, c'est l'ancêtre du scutum.


D


Dur-écu. Une légende normande est à l'origine de Dur-écu comme nom de lieux et de familles :
"Alors que Guillaume guerroyait contre les Bretons, un ennemi se jeta sur lui et dirigea sa hache vers sa tête. Un des compagnons de Guillaume le sauva au dernier moment, en interposant son bouclier (son écu, comme on l'appelait alors) entre la hache du Breton et la tête de Guillaume."
"La hache se ficha dans le bois de l'écu, qui ne céda pas. Guillaume était sauvé ! On célébra ensuite cet écu et l'on donna le nom de Dur-Écu à des familles et à des maisons fortes qui avaient pour vocation de protéger la Normandie."


E


Expression :

- Une levée de boucliers ; action collective d’opposition ;
- Être sous l’égide de ; être sous la protection de quelqu'un ;
- bouclier biologique ; bouclier dont l’objet principal est de réduire les rayonnements ionisants à un niveau admissible du point de vue biologique ;
- bouclier fiscal ; le bouclier fiscal est apparu récemment, bien mystérieux et inaccessible pour le petit peuple (vous savez, celui d'en bas).
- bouclier humain ; civil ou groupe de civils placés à proximité de cibles potentielles, afin de dissuader l’ennemi de les attaquer ;
- bouclier législatif ; bouclier qui est voté par le législateur pour ce protéger, protéger les lobbys et plus (beaucoup plus) rarement le petit peuple. C'est le bouclier législatif, en option on peut utiliser le bouclier fiscal ;
- bouclier thermique ; bouclier destiné à assurer la protection thermique des régions externes au cœur d'une centrale nucléaire, par réduction du flux de rayonnements ionisants et du transfert de chaleur vers ces régions ;
- faire bouclier de son corps ; se mettre au-devant de quelqu’un pour le préserver des coups qui lui sont portés au sens propre comme au figuré.

Écu. Du latin scutum (bouclier rectangulaire), ce bouclier possède une partie basse en pointe à cause de son utilisation à cheval par les chevaliers. L'écu porte sur sa face avant le blason personnel ou d'appartenance au royaume ou à la famille du chevalier, ce qui a donné le nom d'écu pour désigner le blason, l'armoirie.
Il a donné le nom d'écuyer, à la personne qui porte l'écu de son chevalier.
Par extension, ce nom est donné à des pièces de monnaies d'or ou d'argent frappée aux armoiries du roi qui les mets en circulation.

Épisème. L’épisème est un signe distinctif dessiné ou gravé sur un bouclier ou sur une pièce de monnaie pendant l'Antiquité. Ce signe sert à reconnaître une personne et aussi à impressionner son ennemi. Les illustrations utilisées sur les boucliers sont souvent des références aux monstres de la mythologie ou des symboles forts.


F


Franc. Chez les Francs le bouclier est de type germanique, de forme ronde, en bois éventuellement recouvert de cuir, ils sont ornés de couleurs et de motifs variés.

Fiscal. Le bouclier fiscal est apparu récemment, bien mystérieux et inaccessible pour le petit peuple (vous savez, celui d'en bas).


G


Goutte d'eau. Voir Normand.


H


Hopion, hóplon. Ce terme grec désigne de façon générique une arme. Voir aspis koilè.


I



J



K


Koilè, koilè de l'hoplite Voir aspis koilè.


L


Levée de boucliers :
- démonstration par laquelle les soldats romains témoignaient leur résistance aux volontés de leur général ;
- au figuré, manifestation d’opposition violente et générale d’un groupe vis-à-vis d’une autorité ou d’une personne dont on critique les décisions, les opinions, etc.


M


Mantelet. Protection mobile de siège, faite de planches ou de branches tressées, de forme d’arc de cercle, d’un ou deux plans à angle droit, munie accessoirement de roulettes, de piques de fixation, d’un timon, d’une ouverture de tir ou d’observation. Certains mantelets, notamment pour l'artillerie peuvent pivoter sur un axe situé à mi-hauteur qui sont relevés au moment du tir. Les servant d'armes étaient à l'abri des vues, des flèches, carreaux et balles de fronde, mais sûrement inefficace contre un tir de contre-batterie.


N


Normand. Les Normands (descendants des Vikings) auraient transformé la forme du bouclier viking rond en forme de goutte d'eau par l’allongement de la partie basse, sûrement pour la protection des jambes notamment à cheval. Il mesure environ 1,30 m. Il apparu vers le XIe siècle.


O



P


Parma, parme. Bouclier rond, petit, léger, dont se protégeaient les cranequiniers (soldat utilisant une arbalète à cranequin).

Parma threcidica. Bouclier des soldats thraces, aussi utilisé par les gladiateurs de type thraces appelé aussi parmularius. Il est cintré et de forme carré (50 par 50 cm).

Pavois. Arme défensive individuelle, utilisée comme bouclier ou de la même manière que le mantelet par les fantassins et plus particulièrement les arbalétriers à partir du XIIIe siècle. De forme généralement rectangulaire avec une grosse nervure verticale en son centre permettant d’y loger un support pendant le transport ou l’utilisation comme bouclier. Ce support permettra ensuite de maintenir le pavois debout dans un usage de mantelet. Il a parfois deux piques à sa base pour améliorer la stabilité.

Peltè, pelta. Bouclier léger porté par le peltaste thrace, combattant d'infanterie légère. Il a une forme de croissant (côté concave vers le haut) et est réalisé d'une armature de bois, et d'un treillage en osier, recouverte de peau de chèvre ou de mouton avec une poignée et des courroies pour le porter sur le dos. Comme l'aspis koilè, sa face externe porte un emblème, souvent un dessin géométrique mais qui peut aussi être plus représentatif (serpent, œil, croissant, etc.). VIe au IVe siècle avant J.-C.

Porpax. Brassard fixé au dos du bouclier type Aspis koilè, façonné anatomiquement et parfois ouvragé dans lequel se glisse l'avant-bras pour tenir ledit bouclier.


Q



R


Renard. Voir chat.

Rondache. Une rondache est un bouclier de forme circulaire, de tailles divers, utilisée de l'Antiquité au Moyen Âge.


S


Scutum. Long bouclier rectangulaire et cintré du soldat romain. Il est recouvert de cuir teint. Il possède un umbo renforcé par une bande de bois dur horizontale (appelé spina). Il est aussi utilisé par le gladiateur de type samnite

Svalinn. Dans la mythologie nordique, Svalinn est le bouclier placé entre Sól, personnification du Soleil, et la Terre, pour protéger cette dernière des rayons. Dans le Grímnismál, poème mythologique, ce bouclier, ainsi que son importance capitale pour la stabilité du monde, sont évoqués à la trente-huitième strophe :
Svalinn est appelé le bouclier
Placé entre le monde et les rayons de la Déesse brillante.
La mer bouillirait et la terre fumerait,
Si celui-ci un jour venait à choir.


T


Tactique. Le bouclier tactique est utilisé par des unités d'intervention spécialisées modernes notamment lors d'assaut en intérieur avec peu de couvertures disponibles. Ils permettent d'arrêter des munitions d'arme légère.

Targe. Bouclier de tournoi, plus petit que l'écu. Une encoche est située en haut, à droite pour y positionner la lance. La targe est apparue au XIVe siècle.

Targe à parer. Bouclier rond, de 50 et 25 cm de diamètre, avec une poignée centrale, utilisé en duel ou en combat à pied accompagnée d'une épée. Il servait à dévier les coups plutôt qu'à les bloquer.

Taupe. Voir chat.

Télamon. Utilisé depuis les Sumériens (voir les divers Aspis), le télamon, terme grec, est une lanière de cuir qui maintient le bouclier accroché en travers de l'épaule. Rejeté sur le dos lors des déplacements ou en cas de fuite, il est ramené vers l'avant au moment de l'assaut, laissant les deux mains libres pour saisir une lance. On retrouve un système de fixation similaire pour l'écu des chevaliers du Moyen Âge, permettant d'une main la conduite de la monture et de l'autre le maniement d'une arme.

Truie. Voir chat.


U


Umbo, umbon, ombon :
- pièce généralement métallique, en forme de pointe, de cône, ou de demi-sphère faisant saillie au milieu d’un bouclier. Protégeant le poing qui tient certains boucliers, il servait aussi à dévier voire bloquer l'arme adverse, il pouvait aussi servir d'arme de frappe (comme un poing américain) ;
- par métonymie, le bouclier tout entier.


V


Viking. Les boucliers vikings étaient dans un premier temps, ronds de type germanique, d’un diamètre d’autour de 90 cm ou plus, et de 1 à 3 cm d’épaisseur. Ils étaient faits de planches de bois en sapin, pin, saule ou tilleul. Ils avaient d’habitude un trou central avec une poignée protégée par un umbo métallique. Les boucliers devaient être couverts de cuir. Le pourtour devait aussi en être pourvu, car une série de petits trous en périphérie a été observée sur certains restes de boucliers. Dans certaines sagas, on parle de boucliers portés dans le dos ou le côté, ce qui suggère qu’il pouvait avoir une lanière de portage. Des pigments ayant été trouvés sur quelques vestiges, cela suggère que certains n’étaient pas couverts de cuir mais peints directement sur le bois.
Le bateau trouvé prés de Gokstad a des emplacements pour accrocher les boucliers sur le bord. Quelques boucliers vikings peuvent avoir été décorées par des modèles simples bien que quelques poésies skaldic louant des boucliers puissent indiquer des décorations plus complexes.
Il existe une polémique sur la forme des boucliers à la fin de la période viking. Certaines traductions de saga emploient les termes, d’extrémité du bouclier ou de queue du bouclier, ce qui suggère des boucliers allongés voire en goutte d’eau comme on peut en voir sur la tapisserie de Bayeux. Mais, sauf nouvelle découverte, on n’a pas encore trouvé de restes de boucliers de cette forme dans des fouilles archéologiques.


W



X



Y



Z




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.