STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

samedi 22 mars 2014

Les couteaux dans le langage courant

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z




A


Aiguille à tricoter, aiguille à tricoter les côtes. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

La fourchette, fourchettouse, la fourchette à une dent, aller à la fourchette. Autre nom de la baïonnette, utilisé par les poilus, charger à la baïonnette.

Arme blanche. Arme munie d’une lame métallique. Nom donné aux armes faites en “fer blanc”, par opposition aux métaux dorés ou bronzés.

Arme de main. Armes destinées à une action directe, elles comprennent les armes de choc (masse d'arme), les armes tranchantes (sabre) et les armes aiguës (fleuret).

On peut tout faire avec des baïonnettes, sauf s’asseoir dessus (Talleyrand). Si je comprend bien, la baïonnette est un couteau suisse.

Avec sa bite et son couteau. Avec presque rien comme affaire, avec les très rares moyens dont on dispose, sans être suffisamment équipé.

Avoir des couteaux dans les yeux, ou à la place des yeux. Regarder quelqu'un méchamment, comme si l'on voulait lui donner des coups de couteaux.

Avoir le pain et le couteau. Ne manquer de rien. Avoir tout ce qu'il faut pour agir.

Avoir le couteau sous la gorge. Être dans la nécessité d’agir contre son gré, sous la contrainte.


B


Baïonnette. Désigne un soldat de l'infanterie, par exemple pour donner le nombre de soldats d'une unité : Il y a mille baïonnettes dans ce régiment.

Mettre la baïonnette au bout du fusil. Se préparer à se battre.

Croiser la baïonnette. Technique permettant de supporter une charge de cavalerie. Les trois premiers rangs de fantassins se serrent vers l'avant. le premier rang met un pied en avant et se penche en s'arc-boutant sur leur fusil. Lors d'une charge d'une unité de fantassins, on croise la baïonnette en serrant les premiers rangs au dernier moment juste avant le choc.

Par la force des baïonnettes. Par les soldats armés de baïonnettes, par les militaires voire la police.

On peut tout faire avec des baïonnettes, sauf s’asseoir dessus (Talleyrand). Si je comprend bien, la baïonnette est un couteau suisse.

Avec sa bite et son couteau. Avec presque rien comme affaire, avec les très rares moyens dont on dispose, sans être suffisamment équipé.

Arme blanche. Arme munie d’une lame métallique. Nom donné aux armes faites en “fer blanc”, par opposition aux métaux dorés ou bronzés.

Tue-boches, tire-boches. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

Bouillon-pointu. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

Mettre la baïonnette au bout du fusil. Se préparer à se battre.

Machine à boutonnière, faire une boutonnière. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus, faire une boutonnière c'est faire une blessure avec une baïonnette.

Tourne-broche. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

Un brouillard à couper au couteau. Un brouillard tellement épais, qu'on ne voit pas à un mètre (la longueur du bras qui pourrait tenir un couteau).


C


Canif. Du francique knif, petit couteau formé d’une ou de plusieurs lames d’acier.

Donner un coup de canif dans le contrat. Faire une infidélité passagère à l’autre époux.

Clou, clouer. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus, clouer c'est blesser voire tuer avec une baïonnette.

Donner un coup de canif dans le contrat. Faire une infidélité passagère à l’autre époux.

Aiguille à tricoter, aiguille à tricoter les côtes. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

Donner un coup de canif dans le contrat. Faire une infidélité passagère à l’autre époux.

Coup de couteau dans le dos. Expression désignant une trahison.

Un brouillard à couper au couteau. Un brouillard tellement épais, qu'on ne voit pas à un mètre (la longueur du bras qui pourrait tenir un couteau).

Tomber comme un couperet. Arriver brusquement, éventuellement par surprise, avec des conséquences négatives. À l’origine, un couperet est un couteau à large lame, ce nom désignera plus tard la lame de la guillotine.

Coup de couteau dans le dos. Expression désignant une trahison.

Coutelade. Coup de couteau, pour blesser ou tuer.

Couteler. Blesser avec un couteau.

Coutelier. Personne dont le métier est de fabriquer, de réparer, ou de vendre des couteaux, voire des ciseaux, rasoirs, canifs, etc.

Coutellerie :
- art de fabriquer des couteaux, canifs, rasoirs, etc ;
- lieu où on fabrique les couteaux ;
- lieu spécialisé dans la vente des couteaux ;
- ensemble des pièces que font ou débitent les couteliers.

Taille-crayon. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

Croiser la baïonnette. Technique permettant de supporter une charge de cavalerie. Les trois premiers rangs de fantassins se serrent vers l'avant. le premier rang met un pied en avant et se penche en s'arc-boutant sur leur fusil. Lors d'une charge d'une unité de fantassins, on croise la baïonnette en serrant les premiers rangs au dernier moment juste avant le choc.

Cure-dents, cure-ongles, curette. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

Cure-dents, cure-ongles, curette. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

Cure-dents, cure-ongles, curette. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.


D


Être fin comme une dague de plomb. Chercher à passer pour quelqu’un de fin alors qu’on a l’esprit grossier.

La fourchette, fourchettouse, la fourchette à une dent, aller à la fourchette. Autre nom de la baïonnette, utilisé par les poilus, charger à la baïonnette.

Dépeçoir. Couteau spécialisé utilisé surtout par les chasseurs pour dépecer le gibier (découper en pièce), ne pas confondre avec un écharnoir.

On peut tout faire avec des baïonnettes, sauf s’asseoir dessus (Talleyrand). Si je comprend bien, la baïonnette est un couteau suisse.

Donner un coup de canif dans le contrat. Faire une infidélité passagère à l’autre époux.

Coup de couteau dans le dos. Expression désignant une trahison.


E


Écharnoir. Couteau spécialisé utilisé surtout par les tanneurs pour écharner de la peau (débarrasser une peau de la chair qui y adhère encore), ne pas confondre avec un dépeçoir.

Épingle à chapeau. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

Être comme une poule qui a trouvé un couteau. Être incapable de prendre une décision ou d'agir face à un problème ou une découverte comme la poule qui ne sait pas ce qu'est un couteau, ne sait pas à quoi ça sert ni comment on s'en sert.

Être fin comme une dague de plomb. Chercher à passer pour quelqu’un de fin alors qu’on a l’esprit grossier.

Être à couteaux tirés. Être en conflit, ou au moins dans une ambiance ou situation de tension extrême juste avant un combat. Être comme ceux qui ont tiré leurs couteaux pour se battre.


F


On peut tout faire avec des baïonnettes, sauf s’asseoir dessus (Talleyrand). Si je comprend bien, la baïonnette est un couteau suisse.

Machine à boutonnière, faire une boutonnière. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus, faire une boutonnière c'est faire une blessure avec une baïonnette.

Être fin comme une dague de plomb. Chercher à passer pour quelqu’un de fin alors qu’on a l’esprit grossier.

La fourchette, fourchettouse, la fourchette à une dent, aller à la fourchette. Autre nom de la baïonnette, utilisé par les poilus, charger à la baïonnette.

Travailler à la fourchette. Se battre à l’arme blanche, en particulier dans les tranchées.

Mettre la baïonnette au bout du fusil. Se préparer à se battre.


G


Main gauche. Dague employée dans les duels, au XVIe siècle, pour parer les coups d'épée. Elle présente, au talon, un logement pour le pouce.

Avoir le couteau sous la gorge. Être dans la nécessité d’agir contre son gré, sous la contrainte.


H



I


Isabelle, Joséphine, Rosalie. Prénom féminin donné à la baïonnette, utilisé par les poilus.


J


Isabelle, Joséphine, Rosalie. Prénom féminin donné à la baïonnette, utilisé par les poilus.

Jouer du couteau, du poignard, ou de la lame de rasoir Se servir d'un couteau pour se battre, pour attaquer, pour poignarder, dans une querelle ou une rixe.


K



L


Jouer du couteau, du poignard, ou de la lame de rasoir Se servir d'un couteau pour se battre, pour attaquer, pour poignarder, dans une querelle ou une rixe.

En lame de couteau. Fin, très allongé, et mince.

Visage en lame de couteau. Visage long et mince.

Lingue. En argot, couteau.

Linguer. En argot, donner un coup de couteau.


M


Machine à boutonnière, faire une boutonnière. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus, faire une boutonnière c'est faire une blessure avec une baïonnette.

Arme de main. Armes destinées à une action directe, elles comprennent les armes de choc (masse d'arme), les armes tranchantes (sabre) et les armes aiguës (fleuret).

Main gauche. Dague employée dans les duels, au XVIe siècle, pour parer les coups d'épée. Elle présente, au talon, un logement pour le pouce.

Un match aux couteaux. Une rencontre sportive où les adversaires, sont de niveaux quasiment identiques, et ne parviennent pas à se départager de façon net, car chacun prend l'avantage en alternance.

Mettre la baïonnette au bout du fusil. Se préparer à se battre.


N


Le Couteau sur la nuque. Le Couteau sur la nuque est un roman policier d'Agatha Christie, publié en septembre 1933, mettant en scène le détective belge Hercule Poirot.


O



P


Avoir le pain et le couteau. Ne manquer de rien. Avoir tout ce qu'il faut pour agir.

On peut tout faire avec des baïonnettes, sauf s’asseoir dessus (Talleyrand). Si je comprend bien, la baïonnette est un couteau suisse.

Avoir des couteaux dans les yeux, ou à la place des yeux. Regarder quelqu'un méchamment, comme si l'on voulait lui donner des coups de couteaux.

Tourner ou remuer le couteau dans la plaie. Appuyer sur ce qui fait mal ou qui afflige fortement. Ce qui augmente ou ravive une douleur psychique.

Être fin comme une dague de plomb. Chercher à passer pour quelqu’un de fin alors qu’on a l’esprit grossier.

Un coup de poignard dans le dos. Désigne une trahison perfide.

Retourner le poignard dans le cœur. S’appesantir sur ce qui le blesse ou qui afflige vivement.

Avoir le poignard dans le cœur, dans le sein. Éprouver une douleur, un déplaisir extrême de quelque chose. On dit dans un sens analogue : mettre, plonger, enfoncer le poignard dans le cœur de quelqu’un.

Mettre, tenir le poignard sur la gorge de quelqu’un. Vouloir le contraindre à faire quelque chose.

Jouer du couteau, du poignard, ou de la lame de rasoir. Se servir d'un couteau pour se battre, pour attaquer, pour poignarder, dans une querelle ou une rixe.

Bouillon-pointu. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

Porte-couteau. Accessoire sur lequel on pose à table l’extrémité de la lame du couteau.

Être comme une poule qui a trouvé un couteau. Être incapable de prendre une décision ou d'agir face à un problème ou une découverte comme la poule qui ne sait pas ce qu'est un couteau, ne sait pas à quoi ça sert ni comment on s'en sert.

Premier couteau. Personne importante, de premier rang, d’une association de malfaiteurs, voire le chef de bande.


Q


Troisième couteau, voire quatrième couteau. Personne sans importance, d’une association de malfaiteurs, de dernier rang, n’ayant qu’un simple rôle d’exécutant.


R


Jouer du couteau, du poignard, ou de la lame de rasoir. Se servir d'un couteau pour se battre, pour attaquer, pour poignarder, dans une querelle ou une rixe.

Tourner ou remuer le couteau dans la plaie. Appuyer sur ce qui fait mal ou qui afflige fortement. Ce qui augmente ou ravive une douleur psychique.

Isabelle, Joséphine, Rosalie. Prénom féminin donné à la baïonnette, par les poilus.


S


Saignoir. Couteau ou instrument spécialisé utilisé pour saigner les animaux au moment de l'abattage.

Couteau-scie. Couteau à dents.

Second couteau. Personne d’une association de malfaiteurs, de second rang, n’ayant qu’un rôle d’exécutant.

Couteau suisse :
- couteau de poche à lame pliable dont le manche abrite, outre une ou plusieurs lames, des outils divers ;
- par extension, tout outil multifonction qui corresponde à des usages multiples.


T


Tâchette. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

Taille-crayon. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

On peut tout faire avec des baïonnettes, sauf s’asseoir dessus (Talleyrand). Si je comprend bien, la baïonnette est un couteau suisse.

Tue-boches, tire-boches. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

Être à couteaux tirés. Être en conflit, ou au moins dans une ambiance ou situation de tension extrême juste avant un combat. Être comme ceux qui ont tiré leurs couteaux pour se battre.

Tomber comme un couperet. Arriver brusquement, éventuellement par surprise, avec des conséquences négatives. À l’origine, un couperet est un couteau à large lame, ce nom désignera plus tard la lame de la guillotine.

Tourne-broche. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

Tourner ou remuer le couteau dans la plaie. Appuyer sur ce qui fait mal ou qui afflige fortement. Ce qui augmente ou ravive une douleur psychique.

Travailler à la fourchette. Se battre à l’arme blanche, en particulier dans les tranchées.

Aiguille à tricoter, aiguille à tricoter les côtes. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.

Troisième couteau, voire quatrième couteau. Personne sans importance, d’une association de malfaiteurs, de dernier rang, n’ayant qu’un simple rôle d’exécutant.

Être comme une poule qui a trouvé un couteau. Être incapable de prendre une décision ou d'agir face à un problème ou une découverte comme la poule qui ne sait pas ce qu'est un couteau, ne sait pas à quoi ça sert ni comment on s'en sert.

Tue-boches, tire-boches. Surnom donné à la baïonnette, par les poilus.


U





V


Visage en lame de couteau. Visage long et mince.


W



X



Y


Avoir des couteaux dans les yeux, ou à la place des yeux. Regarder quelqu'un méchamment, comme si l'on voulait lui donner des coups de couteaux.


Z




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.