STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

dimanche 20 avril 2014

Urbanisme

Page en cours de création merci de votre compréhension et votre indulgence

Voir aussi l'article sur les bâtisses rurales.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z




A


Agglomération :
- une agglomération est définie comme une ville-centre (au sens administratif) munie de ses banlieues (entités administratives incluses dans la continuité urbaine) s'il y a lieu ;
- la notion peut également avoir une dimension politique, dans ce cas elle correspond à plusieurs entités administratives interconnectées, mais pas nécessairement agglomérées qui gèrent leurs projets en commun (transports, déchets, projets de réhabilitation de quartiers, etc.).


B


Bailliage :
- bâtisse dans laquelle le bailli ou son lieutenant rendait la justice ;
- tribunal composé de juges qui rendaient la justice au nom du bailli ou avec le bailli ;
- territoire qui était sous la juridiction d’un bailli.

Banlieue. Espace distant d'environ une lieue autour des limites d'une ville, sur lequel s'appliquait les lois du ban de cette ville durant la période féodale.

Barri, barry :
- origine arabe, puis catano-occitane, rempart, muraille, fortification ;
- origine arabe, puis catano-occitane, faubourg, voire quartier ;
- un très grand nombre de villes du sud de la France disposent d’un quartier ou d’une rue baptisée barri ou avec une des variantes comme Barry, Delbarri, Dubarri, Dubarry.

Bastide. Le terme bastide correspond à un bourg créé au Moyen Âge à partir du XIIe siècle, dans l’objectif de constituer de nouveaux foyers de populations autours de places fortes (parfois une simple motte castrale). Les bastides, nombreuses dans le Sud-Ouest de la France, étaient souvent fondées sur initiative seigneuriale, royale ou ecclésiastique (parfois conjointement). Des privilèges fiscaux furent généralement octroyés pour attirer et fidéliser les personnes qui acceptaient de peupler les bastides nouvellement construites.

Béal, bésal, béalière. Petit canal d’irrigation, particulièrement dans le Languedoc.

Bief, biez, bézière, bédière :
- partie d’un canal de navigation ou d’une rivière navigable canalisée située entre deux écluses, deux barrages ou deux chutes ;
- canal secondaire de dérivation ;
- canal conduisant l’eau vers la roue d’un moulin.

Boulevard :
- terre-plein d’un rempart, tout le terrain d’un bastion ou d’une courtine ;
- promenade plantée d’arbres qui fait le tour d’une ville et qui occupe ordinairement l’espace où étaient d’anciens remparts (comme à Perpignan) ;
- toute voie de communication plus large qu’une rue ou qu’une avenue qui traverse une ville.

Bourg. Village assez important pour qu’il puisse accueillir un marché.

Bourgade. Une bourgade est une agglomération rurale moins importante que la ville ou que le bourg où se tient le marché des villages environnants. Contrairement au bourg, la bourgade ne dispose pas à l'origine du droit de bourg ou de ville et n'est donc pas fortifiée.

Bourg castral. La création d’un bourg autour d’un château donne un bourg castral, c’est-à-dire un bourg né autour d’un château. L’association du château et du bourg castral donne un ensemble que l’on nomme castelnaus en Gascogne et dans le Languedoc, ce terme occitan signifiant château neuf.

Bourgeois :
- à l’origine le terme de bourgeois désigne l'habitant d’un bourg, dont il bénéficie des avantages fiscaux, politiques, etc., et c’est donc le développement des bourgs (affanchis) qui a permis le développement de la bourgeoisie ;
- ensuite un bourgeois désigne une personne faisant partie de la catégorie sociale aisée de la bourgeoisie.

Bourgeoisie :
- classe définie juridiquement du Moyen Âge à la Révolution française, celle des habitants ayant les droits de cité et les droits politiques dans une ville ;
- classe définie sociologiquement, surtout à l'époque contemporaine, et désignant les personnes ayant un certain capital culturel et financier et appartenant aux couches supérieures voire intermédiaires des classes moyennes : haute, moyenne et petite bourgeoisie.


C


Castelnau. De l’occitan castèl nòu, du latin vulgaire castellum novum château neuf, les castelnaus ont pour origine des villes ou villages bourgs castraux bâtis au Moyen Âge par un seigneur sur la dépendance de son château, pour contrer le mouvement des sauvetés (voir ce terme), localités constituées autour des églises ou abbayes, et placées sous l’autorité du clergé.
Muret, Mont-de-Marsan, Mugron, Pau étaient à l’origine des castelnaus. Le nom de Castelnau peut est complété par un nom de fief comme Castelnau-Magnoac, Castelnau-Barbarens, etc.
Le pluriel se forme selon la langue d’origine, les castelnaus. Mais parfois la forme les castelnaux est utilisée.
En toponymie, on trouve parfois la cacographie Castelnaud. Une partie des Châteauneuf sont d’anciens Castelnaus francisés et se trouvent donc situés dans le domaine d’oc. Le catalan utilise le terme de castellnou.

Citadelle :
- désigne la partie fortifiée d'une ville. Parce qu'elle est naturellement l'endroit où siège la garnison et parfois l'autorité politique, elle peut avoir un rôle défensif mais aussi dissuasif pour éviter des révoltes ;
- la citadelle peut désigner une place forte, dans ce cas elle n'est pas l'ensemble des fortifications, mais seulement le cœur de celles-ci, la dernière ligne de défense avant la chute de la place, elle peut aussi se situer en dehors de la ville, si la position est plus intéressante (sur une colline par exemple).

Cité :
- lieu habité par des citoyens, peut désigner une ville, une province ou un état ;
- ensemble des citoyens d’une ville (par métonymie) ;
- ville, dont on veut faire ressortir l’importance ;
- partie la plus ancienne de la ville et où se trouve la cathédrale ou l’église principale, comme Carcassonne.

Commune :
- actuellement division du territoire français, communément appelé ville ou village, administrée par un maire et un conseil municipal ;
- corps des bourgeois d’une ville ou des habitants d’un bourg, qui avaient reçu par une charte le droit de s’administrer eux-mêmes ;
- au Moyen Âge, le terme commune désignait les villes du Nord de l'Italie qui, quoique faisant théoriquement partie du Saint-Empire romain germanique, étaient de facto indépendantes et contrôlaient la campagne environnante. Par la suite, certaines disparurent, annexées par leurs voisines. D'autres s'étendirent et devinrent des États, républicains comme Gênes ou monarchiques comme le duché de Milan ou le duché de Florence, plus tard devenu grand-duché de Toscane. Il désigne aussi le système de franchises (droits, privilèges) politiques, juridiques et civiles accordées par un seigneur à une ville, dont les habitants ont notamment le droit de se jurer entraide ou fidélité commune, et qui deviennent vassales du seigneur. Ce système, confirmé par une charte, se développe en France et en Angleterre à partir du XIIe siècle.


D


Domaine :
- propriété d’une assez vaste étendue et contenant des terrains de diverses natures ;
- ce qui appartient à l'État ou au souverain ;
- ensemble des biens qui appartiennent collectivement à la nation, à l’état, et qui sont inaliénables et imprescriptibles.

Droit de cité. Aptitude juridique à jouir des droits politiques conformément aux lois du pays.


E


Enceinte. Muraille ou rempart qui entoure une place forte ou une ville, dont le but premier est la défense du lieu.

Exode rural. Départ définitif des habitants des campagnes vers les villes. Cette forme de migration est observée tout au long de l'histoire humaine et se déroule aujourd'hui encore à l'échelle planétaire selon une intensité et des modalités diverses.

Écart. Voir hameau.


F


Faubourg. Partie d’une ville située en dehors de ses portes et de son enceinte. Parfois une seconde enceinte est érigée, les anciens faubourgs deviennent des quartiers de la ville. De nouveaux faubourgs voient le jour.

Finage :
- territoire d'une paroisse, puis d'une commune ;
- limite d'une commune, bornée par des grosses pierres appelées pierres de fin.


G


Guilde. Association de marchands, d’artisans ou d’artistes dotée de Juridictions et de privilèges codifiés dans un statut propre à chaque ville.


H


Hameau. Aussi appelé écart, groupe d’habitations en milieu rural, généralement trop petit pour être considéré comme un bourg, sans place pour un marché et sans église paroissiale.

Hanse. Association de marchands au Moyen Âge.


I



J



K



L


Lieu-dit ou lieudit. Un lieu-dit est un endroit de faible étendue dont on fait souvent l'amalgame entre hameau (encore appelé écart). Un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité.


M


Manteler, manteller :
- s'habiller d’un manteau, se protéger avec un manteau ;
- d'une façon plus générale abriter, s'abriter ;
- en architecture ou urbanisme, fortifier un bâtiment ou une ville.


N



O



P


Pierre de fin. Voir finage.


Q


Quartier. Un quartier est une division administrative ou géographique d'une ville.


R



S


Sauveté. Les sauvetés sont des bourgs constitués autour des églises ou abbayes, et placées sous l’autorité du clergé, qui confèrent à ceux qui s’y établissent, des privilèges d’hospitalité et d’immunité.
Par opposition aux castelnaus qui ont pour origine des bourgs créés par un seigneur dans la dépendance de son château.


T


Toponyme. Nom de lieu.

Toponymie. Partie de la linguistique qui étudie les noms des lieux (toponyme).


U


Urbain. Relatif à la ville, opposé à rural.

Urbanisation. L'urbanisation est un mouvement historique de transformation des formes de la société que l'on peut définir comme l'augmentation du nombre de ceux qui habitent en ville par rapport à l'ensemble de la population (exode rural).

Urbanisme. L’urbanisme est à la fois un champ disciplinaire et un champ professionnel recouvrant l'étude du phénomène urbain, l'action d'urbanisation et l'organisation de la ville et de ses territoires. Les personnes qui exercent ce métier sont des urbanistes.

Urbaniser. Donner un caractère urbain, citadin, de ville à une région ; y promouvoir le développement de villes.

Urbanité. Fait de vivre en ville.


V


Ville. Une ville est un milieu physique où se concentre une forte population humaine, et dont l'espace est aménagé pour faciliter et concentrer ses activités : habitat, commerce, industrie, éducation, politique, culture, etc. Les principes qui régissent la structure et l'organisation de la ville sont étudiés par la sociologie urbaine, l'urbanisme ou encore l'économie urbaine.

Ville de garnison. Une commune où une unité militaire est implantée à titre permanent, dans la plupart des cas à l’intérieur d’une ou plusieurs caserne(s).

Villefranche. Vilafranca à l'origine. Le terme Villefranche correspond à un bourg créé au Moyen Âge à partir du XIIe siècle,surtout en pays d'Oc, dans l’objectif de constituer de nouveaux foyers de populations autours de places fortes (parfois une simple motte castrale). Ces bourgs étaient souvent fondées sur initiative seigneuriale, royale ou ecclésiastique (parfois conjointement). Des privilèges fiscaux furent généralement octroyés pour attirer et fidéliser les personnes qui acceptaient de peupler les bastides nouvellement construites. L’activité économique générait des revenus indirects et de multiples avantages bien plus intéressants que les impôts directs. Franc signifiant à l’époque libre, une ville franche était un bourg affranchi (exempté) d’impôts.
Il existe divers variantes toponymiques, par exemple Villefranque, Franqueville, Francheville, Villefranche de ceci ou cela, Villefranche le (la, les), Labastide-Villefranche, Fribourg, etc.

Villeneuve. Vilanova ou Vilanovo à l'origine. Le terme villeneuve correspond à un bourg créé au Moyen Âge à partir du XIIe siècle,surtout en pays d'Oc, dans l’objectif de constituer de nouveaux foyers de populations autours de places fortes (parfois une simple motte castrale). Ces bourgs étaient souvent fondées sur initiative seigneuriale, royale ou ecclésiastique (parfois conjointement). Des privilèges fiscaux furent généralement octroyés pour attirer et fidéliser les personnes qui acceptaient de peupler les bastides nouvellement construites. L’activité économique générait des revenus indirects et de multiples avantages bien plus intéressants que les impôts directs.
Il existe divers variantes toponymiques, par exemple La Villeneuve, La Villeneuve-quelque-chose, Villeneuve de ceci ou cela, Villeneuve le (la, les), Villenouvelle ou Neuville, etc.


W



X



Y



Z




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.