STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

dimanche 4 mai 2014

Dictionnaire généraliste médiéval

Page en cours de création merci de votre compréhension et votre indulgence


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z




A


Aristocrate. Membre d’une aristocratie, de la noblesse, ou qui en est partisan.

Aristocratie. Forme de système politique dirigée par la noblesse possédant des privilèges liés à leurs titres ou fonctions. ce terme désigne aussi plus simplement la noblesse.


B


Bulle :
- sceau de métal attaché à un acte pour l’authentifier ;
- lettre apostolique d’intérêt général portant le sceau du pape.


C


Château. De l’ancien français chastel ou castel, résidence, permanente ou temporaire, d’un seigneur ou d’un roi et de leur entourage.
Castellum en latin est souvent donné comme origine. Mais il désignait plutôt un camp militaire fortifié.

Château fort. Bâtisse fortifié de manière à pouvoir résister aussi bien à une attaque directe qu’à un siège. Ses dimensions (en fonction du rang et de la “bourse” du propriétaire) vont de la grange agricole fortifiée (ex : château Pujols à Argeles sur mer), à un ensemble de bâtisses imposantes (ex : la cité de Carcassonne).
Même si certains châteaux ont une enceinte spéciale servant de refuge à la population environnante, la fonction du château fort et la volonté des pouvoirs en place n’est pas la défense de la population, mais de la domination de celle-ci. Le château ne défend que le pouvoir du seigneur.
Dans ce sens, les premiers châteaux forts apparaissent à la fin de l’époque carolingienne.
Au départ, un simple mur de bois ou de pierre autour de la demeure du seigneur des lieux, l’enceinte castrale se développe en France occidental à partir du IXe siècle et jusqu’au XIIe siècle, pour faire face aux raids vikings ou sarrasins entre autres.
À partir de la moitié du Xe siècle, apparaît la motte castrale, appelée à tort la motte féodale, et ceci jusqu’au début du XIe siècle.
Les premières forteresses en pierre apparaissent au XIe siècle.
L’apogée du château fort proprement dit est le XIIe siècle. On le désigne parfois sous l’expression château roman.
Le château fort se dote d’une double enceinte au XIIIe siècle.
le XVe siècle signifie la fin des châteaux forts, a cause des progrès de l’artillerie.

Châtelain :
- le terme Châtelain désigne, parfois à tort, un seigneur qui possède un château et les terres attenantes ;
- il désigne aussi, de la même manière, le locataire d’un château ;
- avec le développement de la féodalité ce terme a impliqué une signification juridique particulière (voir prévôt). Sous les Carolingiens, le châtelain était originellement un officiel de la cour. À partir de la fin du XIIe siècle et pendant tout le Bas Moyen Âge, le châtelain est un officier chargé de tenir le château et ses environs pour un seigneur important.

Châtellenie. La châtellenie est au Moyen Âge l’unité la plus petite du découpage administratif. Elle désigne le territoire sur lequel le maître du château exerce ses droits banaux. En son centre se trouvent le château et son mandement (territoire tenu, exploité et protégé par le château), qui est le chef-lieu de châtellenie, administré par un châtelain. Cet officier, comtal ou princier, est nommé et rémunéré. Sa charge est révocable et déplaçable. À sa fonction première d’être le gardien du château, il tient la comptabilité et doit présenter régulièrement ses comptes, (les comptes de châtellenie). Il exerce également l’ensemble des droits par délégation, militaire et judiciaire. Par extension et à tort, tout possesseur de château, soit reçu, repris en fief ou élevé sur son alleu, sur lequel un seigneur exerce son ban, est désigné comme châtellenie. Ce titre doit être réservé aux seigneurs relevant directement du comte ou des princes, en conséquence, un seigneur banal, n’est pas forcément châtelain, même pourvu d’un château. Cet office a souvent été occupé par les cadets des grandes familles ou bien par la petite noblesse locale.
La république de Saint-Marin utilise encore cette dénomination (en italien castello, au pluriel castelli) pour ses 9 subdivisions internes, reprenant les anciennes délimitations des seigneuries, ce terme est assez proche de “commune d’un village” en France.

Codex Ensemble de parchemins (puis de feuilles de papier), reliés entre eux et recouverts par une couverture, ancêtre du livre actuel, il succéda aux rouleaux de parchemin.


D



E



F


Faudesteuil. Siège pliant à piétement en X.

Féodalité. Forme de système politique et social qui avait cours au Moyen Âge.
La féodalité reposait sur l’idée que tout homme avait un seigneur appelé suzerain auquel il devait allégeance. Cet homme, appelé vassal était tenu de servir son seigneur et lui prêtait un serment de fidélité. Le suzerain en retour offrait terre et protection.
De plus, tout homme quel que soit son rang, devait allégeance directement au roi.
L’adjectif féodal vient du mot fief.

Francien. Dialecte de langue d’oïl parlé en Île-de-France au Moyen Âge et qui est à l’origine du français.

Francique. Langue des anciens Francs.


G


Gothique :
- forme d’art, en particulier architectural, développée en Europe du XIIe siècle à la Renaissance ;
- forme d’écriture à traits droits et anguleux utilisée à partir du XIIe siècle.

Gotique. Langue parlée par les Goths, branche orientale du germanisme.

Guilde. Association de marchands, d’artisans ou d’artistes dotée de juridictions et de privilèges codifiés dans un statut.


H


Hanap. Vase à boire utilisé au Moyen Âge, en métal, souvent à pied et couvercle.


I



J


Jacquerie :
- avec une minuscule, désigne une révolte des paysans et/ou des personnes de classes inférieures ;
- avec une majuscule désigne la révolte paysanne de 1358.


K


Kobold. Les kobolds sont des créatures légendaires du folklore et de la mythologie germanique.

Koiné. Toute langue commune se superposant à un ensemble de dialectes ou de parlers sur une aire géographique donnée. À l’origine, dialecte attique mêlé d’éléments ioniques, qui est devenu la langue commune de tout le monde grec à l’époque hellénique et romaine.

Korrigan. Le Korrigan est une créature légendaire du folklore de Bretagne, comparable au lutin en français, parfois bienveillant, parfois malveillant.

Kraken. Monstre marin fabuleux, pareil à un poulpe géant, de la légende scandinave.

Krefeld-Gellep. Nom romain «Gelduba», Castellum d’une cohorte du limes rhénan, positionné sur le Rhin Inférieur. Lieu de découverte d’une immense nécropole, dont une tombe de prince franc.


L


Lacs. Parfois les sceaux étaient attachés aux édits avec des lacs de soie de diverses couleurs. Le lac désigne aussi une cordelette servant à faire un nœud coulant. Au figuré, il désigne un piège, embarras dont on a de la peine à se tirer. Ce terme donna les lacets actuels.


M


Mandragore. Plante dont les racines ressemble au corps humain. On lui a attribué des pouvoirs magiques et fut utilisé en sorcellerie. Cette superstition fut combattue par l’Église.

Médiévalisme. Adoration du Moyen Âge, ou plus rarement utilisé dans le sens de la résilience du système médiéval.

Médiévaliste. Adorateur de la période médiévale.

Médiévisme. Étude du Moyen Âge.

Médiéviste. Personne qui étudie le Moyen Âge.

Moyen Âge. C'est la période de l'histoire comprise entre l'Antiquité et la Renaissance, soit approximativement du Ve siècle au XVe siècle. Le Moyen Âge est souvent subdivisé entre le Haut Moyen Âge (ou Moyen Âge précoce) suivi du Bas Moyen Âge (ou Moyen Âge tardif). Une période intermédiaire est utilisée par certain, c'est le Moyen Âge central (ou Moyen Âge classique). Attention ces termes prêtent parfois à confusion.

Moyen Âge central, Moyen Âge classique. C'est la période de l'histoire comprise entre le Moyen Âge précoce et le Moyen Âge tardif, soit approximativement du Xe siècle au XIIIe siècle. Dans ce cas le Moyen Âge tardif dure du XIIIe siècle au XVIe siècle.

Moyen Âge précoce, Haut Moyen Âge. C'est la période de l'histoire comprise entre l'Antiquité et le Moyen Âge tardif, soit approximativement du Ve siècle au Xe siècle.

Moyen Âge tardif, Bas Moyen Âge C'est la période de l'histoire comprise entre le Moyen Âge précoce et la Renaissance soit approximativement du Xe siècle au XVIe siècle.

Moyen-âgiste, moyenâgiste. Terme désuet désignant une personne qui étudie le Moyen Âge.


N



O


Oc. Langue d’oc, ensemble des dialectes romans parlés dans la moitié sud de la France (occitan, etc.).

Oie. L’usage des oies domestiques dans l’alimentation fut très certainement importé en France par les Romains. Au Moyen Âge, elles étaient souvent sur la table des riches avec les paons, les cygnes, et les hérons. La corporation des rôtisseurs se nommait “oyers” tellement l’oiseau était important dans ce métier.

Oïl. Langue d’oïl, ensemble des dialectes romans parlés dans la moitié nord de la France (picard, wallon, champenois, francien, etc.).

Orbe. L'orbe (globus cruciger en latin, globe crucifère) est un globe surmonté d'une croix, utilisé comme insigne royal pour le sacre de la plupart des monarchies d'Europe. C'était le cas en particulier dans le Saint-Empire, où il était désigné sous le nom d'orbe impérial. Lors des sacres des monarques britanniques, un orbe est toujours utilisé. Ce symbole chrétien de l'autorité qui était utilisé au Moyen Âge, se retrouve également encore aujourd'hui sur certaines pièces et dans certaines iconographies. Sa forme circulaire rappelle celle du globe terrestre et symbolise ainsi la domination temporelle et non seulement spirituelle du Christ sur le monde. Dans l'iconographie occidentale, un Christ portant l'orbe dans sa main reçoit le nom de Salvator Mundi (sauveur du monde). L'orbe est donc pour un roi le rappel qu'il est le représentant du Christ sur terre.


P


Patience militaire. Ce mot qui désigne une planchette de bois permettant aux soldats de nettoyer de l’oxydation les boutons métalliques de leur vareuse sans souiller le tissu des vêtements. Cette fine planchette est pourvue d’une fente au bout de laquelle se trouve un trou rond plus large que cette fente. Le bouton est passé dans le trou rond puis on le fait coulisser dans la fente. Le bouton est coincé, et le tissu est protégé. Cette fente et ce trou rond ressemblent au thermomètre d’appartement.


Q


Quatre-cent-vingt-et-un. Pratiqué à Kaamelott mais pas que, c'est un jeu de dés, dont la règle principale est que la combinaison la plus forte est le 4, le 2, et l’as. Jeu beaucoup plus simple que le jeu de la chouette, ...c’est pas faux.

Quenouille :
- tige de bois ou d’osier, munie d’une tête renflée ou fourchue, souvent décorée, utilisée pour maintenir le textile à filer ;
- chanvre, lin, soie, etc, dont une quenouille est chargée ;
- tomber en quenouille : passer par succession entre les mains d’une femme, en parlant d’un bien, d’une fonction, d’un titre, ou d’un pouvoir.


R


Reine :
- titre donné a la dirigeante d'un état ou pays appelé royaume ; son mari qui n'a pas droit au titre de roi est souvent appelé prince consort ;
- épouse du roi, appelé aussi reine consort.

Roi, roy. Titre donné au dirigeant d'un état ou pays appelé royaume. Il est au sommet de la hiérarchie de la noblesse. Ce titre est obtenu soi par héritage, soi par élection le plus souvent par les membres de la haute noblesse.

Roitelet. Littéralement petit roi, roi d'un petit pays. C'est un roi dont le pouvoir est faible, ce terme est souvent utilisé de façon péjorative.

Royal, royale :
- qui appartient ou qui est relatif à un roi ;
- établissements qui étaient, sous la surveillance ou sous la protection du roi ;
- qui est digne d’un roi, qui est de son niveau ;
- qui est fait avec grande noblesse ;
- être royal, c'est être généreux ;
- patronyme de l’ex compagne d'un président "français hollandais". Il est à noter que l'expression "coucher à la royal", signifie se coucher seul dans son lit.

Royaume. Régime politique dans lequel le chef d'un État porte le titre de roi.

Royauté. Pays dirigé par un roi ou une reine.


S


Sceau :
- parfois appelé bulle ;
- cachet qui authentifie un acte, parfois relié par des lacs ;
- l’empreinte même de ce cachet ; morceau de cire, de plomb portant cette empreinte ;
- sous le sceau du secret, à la condition que le secret soit bien gardé.

Seigneur :
- propriétaire féodal ;
- personne noble de haut rang ;
- en grand seigneur, signifie avec luxe, magnificence, ou avec noblesse ;
- être grand seigneur signifie dépenser sans compter ;
- le Seigneur autre nom de Dieu.

Seigneuriage :
- droit d’un seigneur féodal ;
- droit prélevé par un seigneur, un souverain sur la frappe des monnaies.

Seigneurial, seigneuriale, seigneuriaux :
- qui dépendait d’un seigneur, ou qui lui appartenait ;
- digne d’un seigneur, un train de vie seigneurial, par exemple.

Seigneurie :
- droit, puissance, autorité d’un seigneur sur les personnes et les biens dépendant de ses domaines ;
- terre sur laquelle s’exerce la puissance du seigneur ; la seigneurie comprenait la réserve seigneuriale, la vaine pâture et les tenures ;
- Votre Seigneurie , est le titre d’honneur des anciens pairs de France et des membres actuels de la Chambre des lords, en Angleterre.

Serf. Sujet non libre de statut héréditaire, soumit à la dépendance du seigneur, frappé d’incapacités, d’obligations et de redevances.

Sire. Titre porté par les seigneurs à partir du XIIIe siècle, puis donné aux empereurs et aux rois.
Un triste sire , est une personne peu recommandable.

Souverain, souveraineté :
- le mot souverain dans le sens où il désigne le détenteur d’un pouvoir suprême (souveraineté) sur un groupe d’hommes ; historiquement, le souverain est un prince, à la tête d’une aristocratie, et porte souvent le titre de roi et parfois d’empereur ; c’est pourquoi il est devenu synonyme de roi ou de monarque ; c’était à l’origine le seul à pouvoir décider en dernier lieu, de par sa qualité, d’un acte de gouvernement de son État ;
- cette idée qu’un seul peut gouverner sans que sa décision ne puisse être contestée en dernier ressort explique qu’on parle parfois d’une décision souveraine lorsque celle-ci s’impose à tous ;
- avec le développement de certaines formes de démocraties, dans quelques périodes de l’antiquité (République romaine, et surtout Grèce classique), et le développement de cette idée depuis le XVIIe siècle, la notion de puissance de souveraineté peut également s’appliquer à un groupe d’hommes libres, et non plus seulement à un seul homme ; on parle ainsi du peuple souverain lorsque les citoyens d’un pays prennent part à la vie politique de leur État.

Suzerain. Dans le système féodal, le suzerain est un seigneur qui octroie un fief à son vassal lors de la cérémonie de l’hommage.


T


Toison d’Or. L’ordre de la toison d’or fut fondé en souvenir de toison d’or de Jason en 1429 par Philippe le Bon, duc de Bourgogne.

Tolbiac. C’est vers 496, au cours de la célèbre bataille de Tolbiac “miraculeuse” de Clovis Ier contre les Alamans, à Tolbiac, que le destin efface les doutes de sa conversion.
D’après Grégoire de Tours, l’armée de Clovis est sur le point d’être vaincue. Ne sachant plus à quel dieu païen se vouer, Clovis prie alors le Christ et lui promet de se convertir si Jésus que sa femme Clotilde proclame fils de Dieu vivant lui accordait la victoire.
Au cœur de la bataille, alors que Clovis est encerclé et va être pris, le chef alaman est tué d’une flèche ou d’un coup de hache, ce qui met son armée en déroute. La victoire est à Clovis et au dieu des chrétiens. Cette victoire permet au royaume de Clovis de s’étendre jusqu’à la Haute Rhénanie.
Selon d’autres sources, Tolbiac n’aurait été qu’une étape et l’illumination finale de Clovis aurait en fait eu lieu lors de la visite au tombeau de saint Martin de Tours. En 612, une autre bataille opposa Théodebert II roi d’Austrasie et Thierry II roi de Bourgogne.
Ville allemande située entre Aix-la-Chapelle et Bonn. Son nom actuel est Zülpich.


U


Unicorne :
- autre nom de la licorne ;
- qualifie ce qui n’a qu’une corne.


V


Vase de Soissons. C’est lors de la bataille de Soissons (486), qu’eut lieu selon Grégoire de tours, l’épisode du vase de Soissons. Malgré la loi militaire du partage de butin, Clovis demanda d’en soustraire, un vase liturgique précieux pour le rendre à Rémi, l’Évêque de Reims.
Clovis répondit aux émissaires de Rémi : « Suivez-moi jusqu’à Soissons, parce que c’est là que doit se faire le partage de tout le butin. Si le sort me donne ce vase, je satisferai à la demande du Père. »
Une fois sur place, après avoir réuni le butin, Clovis dit : « Je vous prie, mes braves guerriers, de vouloir bien m’accorder, outre ma part, ce vase que voici. » Les hommes acquiescèrent, lui répondant : « Tout ce que nous voyons ici, glorieux Roi, est à toi et nous-mêmes sommes soumis à ta domination. Fais donc maintenant ce qui convient à ton bon plaisir. »
Mais un guerrier, surprenant tout le monde, frappa le vase de sa francisque en disant : « Tu n’auras rien ici que ce que le sort t’attribuera vraiment. ».
Clovis ne laissa pas transparaître ses émotions et en garda ressentiment. Il réussit malgré tout à rendre l’urne à l’envoyé de Rémi.
L’épilogue de l’histoire se produisit le 1er mars 487. Clovis ordonna à son armée de se réunir au Champ de Mars pour, selon une pratique romaine, examiner si les armes étaient propres et en bon état. Inspectant les soldats, il s’approcha du guerrier qui avait frappé le vase et lui dit : « Personne n’a apporté des armes aussi mal tenues que les tiennes, car ni ta lance, ni ton épée, ni ta hache ne sont en bon état. »
Il jeta alors la hache du soldat à terre. Au moment où celui-ci se baissa pour la ramasser, Clovis abattit sa francisque sur la tête du malheureux en disant : « C’est ainsi que tu as fait à Soissons avec le vase. »
Le soldat tomba sans vie, et sur ordre de Clovis, l’armée dut se retirer en silence, laissant le corps exposé au public.
Cette superbe histoire a longtemps été jugée de pure invention. Cependant, le testament de Saint Rémi fait bien mention d’un vase d’argent que lui aurait donné Clovis. Mais ce serait Rémi qui l’aurait fondu pour fabriquer un encensoir et un calice.

Vénerie. La vénerie, ou chasse à courre (anciennement chasse à courre, à cor et à cri), du latin venari qui signifie chasser. C’est un mode de chasse connue depuis deux millénaires qui consiste à poursuivre un animal sauvage (traditionnellement cerf, sanglier, renard ou lièvre) avec une meute de chiens courants, jusqu’à sa prise éventuelle. Seuls les chiens chassent grâce à leur odorat et leur instinct naturel de prédateur, le rôle de l’homme consiste à les contrôler.
Quand on relit les traités de chasse, même les plus anciens, on est frappé de voir que bien peu de choses ont changé dans les méthodes employées jusqu’ici. C’est que la vénerie s’ordonne autour du chien dont les aptitudes naturelles ne changent pas, et des espèces chassées, dont les défenses ne varient pas davantage.
Requérant une grande endurance physique, elle était conçue essentiellement comme un entraînement à la guerre . C’est sous François Ier que cette pratique s’est transformée en art de vivre, séduisant ainsi la noblesse française.


W


Wallon. Une des langues d’oïl, parlé surtout dans le sud de la Belgique actuelle.


X


Xeres. Les xérès sont des vins blancs produits dans le sud de l’Andalousie. Connus depuis l’antiquité sous le nom de ceretanum. Ce qui a été traduit par les Arabes en cherrish puis par les Anglais en sherry. Ce furent les Grecs qui, les premiers, citèrent une peuplade vivant dans la région de production, les Kerratanoï, nom qui fut latinisé en Cerratani. Leur principale cité devint la ville de Jerez (Ceret). Dans le Roussillon, ce peuple, pré-ibère, a donné aussi son nom, à la Cerdagne, et aux villages de Céret et Saint-Laurent-de-Cerdans. Conquise en 711 par les Maures, la région ne retrouva son indépendance qu’à partir de 1264. Jerez, qui avait longtemps été sur la ligne de démarcation entre les chrétiens et les musulmans, en garda le souvenir dans son nom Jerez de la Frontera. Le vignoble fut dès lors l’objet de tous les soins. Un manuel de culture proposait d’arroser les pieds de vigne avec de l’eau de rose afin de développer les arômes. Et un moine avait entrepris de protéger les grappes du vignoble abbatial, menacées par les guêpes et les abeilles, en badigeonnant chaque grain d’huile d’olive.


Y



Z


Zülpich. Ville allemande située entre Aix-la-Chapelle et Bonn. Son nom latin était “Tolbiacum”, autrement dit Tolbiac, ville de l’ancienne Gaule.
Célèbre bataille “miraculeuse” de Clovis Ier contre les Alamans, vers 496.
En 612, une autre bataille opposa Théodebert II roi d’Austrasie et Thierry II roi de Bourgogne.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.