STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

jeudi 5 juin 2014

Le Campo Santo

Vue satellite du Campo Santo accolé à la Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan.


Itinéraire d’accès depuis le Palais des rois de Majorque à Perpignan.

Description

Le Campo Santo (ou cloître Saint-Jean) est la plus ancienne construction de ce type subsistant en France. Le bâtiment actuel se compose de 4 galeries d'environ 54 mètres de long chacune, et abrite sur 3 côtés une série de tombeaux encastrés dans l'épaisseur des murs (enfeus), taillés dans le calcaire marbrier de Baixas. Les 4 galeries du cloître étaient primitivement couvertes d'un appentis de bois soutenu par des colonnes à chapiteaux sculptés. Chaque enfeu, aux formes gothiques épurées, est marqué d'écussons aux armes des riches familles de la noblesse et de la bourgeoisie perpignanaises.

Chronologie

En remplacement du cimetière situé au sud de l'église Saint-Jean-le-Vieux, dont l'emplacement devait servir à la construction de la futur Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, on débuta des travaux dès 1298 afin de construire un cloître-cimetière. Ce cloître funéraire prévu pour être accolé au sud de la cathédrale,fut construit au détriment de l'urbanisation environnante.
Sa construction s'étala jusqu'à la première moitié du XIVe siècle.
Après la Révolution, l'édifice fut sévèrement endommagé par une succession d'utilisation des plus divers. Il fallut attendre 1984 pour que le conseil général des Pyrénées-Orientales débute la restauration qui s'acheva en 1991.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.