STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

mardi 10 juin 2014

Les armes célèbres

Des armes célèbres par leur nom, leur propriétaire, le lieux ou l'histoire dans lequel elles peuvent se trouver.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z





A


Adhbâ ou al-‘Adb. une des épées de Mahomet. Le nom de cette épée, signifie coupante ou forte.

Arc d'Apollon. Arc du dieu grec Apollon qui est un de ses attributs comme la lyre elle permet d'apporter la peste grâce à des flèches invisibles. Il se sert aussi de son arc pour massacrer les fils et filles de Niobé, qui a osé se moquer de sa mère. Le son de son arc est terrible.
Homère présente avant tout Apollon comme un dieu guerrier archer. Avec sa sœur il donne leur arme aux deux meilleurs archers de la guerre de Troie, le Troyen Pandaros et le Grec Teucros. Ses flèches sont porteuses de mort, elles sèment la peste dans le camp grec, tuant hommes et bêtes. Le seul remède réside alors dans la prière, la purification et le sacrifice car lui seul peut écarter la maladie qu'il apporte.


B


Bad Neighbor, (mauvais voisin). Nom donné par Richard Cœur de Lion à l’un des deux trébuchets utilisés au cours du siège de Saint-Jean-d’Acre en 1191, lors de la troisième croisade.

Baïdhâ. L’un des trois arcs de Mahomet.

Baptême. Épée de Guillaume IV, appelé Fierebrace (qui signifie Bras de Fer), duc d’Aquitaine et comte du Poitou à la fin du Xe siècle.

Al-Battar, ou Battâr. Une des épées de Mahomet. Le nom de cette épée, signifie la batailleuse. On l’appelle aussi “l’épée des Prophètes” car sur sa lame, on y retrouve les noms de David, Salomon, Moïse, Aaron, Josué, Zacharie, Jean, Jésus et Mahomet. Elle appartenait à l’origine à Goliath et porte un dessin représentant le roi David tranchant la tête de Goliath. On retrouve également une inscription en nabatéen. Selon les écrits, c’est cette épée que Jésus utilisera quand il reviendra sur la terre pour combattre Dajjal, l’Antéchrist de la religion islamique.

Le Bouclier arverne. Album de bande dessinée de la série Astérix.


C


Cafra. L’un des trois arcs de Mahomet.

Courtoise. Épée de Guillaume II, comte d’Angoulême. La légende dit que Guillaume, qui portait un sabre d’un acier très tranchant, fendit le corps d’un chef viking par moitié, d’un seul coup de son épée, d’où le surnom de Taillefer, qui vint alors s’ajouter à son nom et à celui de son propriétaire et de sa descendance.

Curtana. C’est une épée symboliquement cassée qui fait maintenant partie des prérogatives royales anglaises traditionnelles incluses dans “les Joyaux de la couronne du Royaume-Uni”. Épée du sacre royal, qui a appartenu au roi et saint Édouard le Confesseur.


D


Dsou’l Feqâr, ou Dhu al-faqar. Une des épées de Mahomet. Son nom signifie la tranchante. Plusieurs sources indiquent que cette épée avait deux pointes.


E


L'Écu de Sobieski, l'Écu, le Bouclier, le Scutum. L'Écu de Sobieski est une des plus petites constellations située sur la Voie lactée à 10° en dessous de l'équateur céleste. Appelé Écu de Sobieski (Scutum Sobiescianumen latin en l'honneur du roi Jean III Sobieski de Pologne en 1690. Le nom latin officiel fut raccourcie en Scutum (Écu ou Bouclier).

Épée de Damoclès. D’après la légende grecque, Damoclès était un courtisan du roi Denys l’Ancien, qui flattait souvent le monarque à propos de ses richesses et du bonheur attaché à sa condition. Pour faire comprendre à Damoclès combien ce bonheur était précaire, le roi l’invita un jour à un banquet. Damoclès était attablé, une épée suspendue au-dessus de sa tête, mais cette épée n’était retenue que par un crin de cheval. C’est pourquoi l’on parle d’une épée de Damoclès pour décrire un danger visible qui nous menace.
Avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête, c'est un danger visible susceptible de se produire d’un instant à l’autre.

Épée de la religion. Suite à une victoire quasi miraculeuse le 8 septembre 1565, contre les Ottomans, le Grand Maître de l’Ordre de Malte Jean Parisot de la Valette reçut de Philippe II roi d’Espagne une épée et un poignard que l’on a appelé l’épée de la religion (la religion était le surnom donné à l’ordre car il défendait la religion).
Ils devinrent un des régalia (ensemble d’objets symboliques de royauté) de l‘investiture des grands maîtres, qui étaient brandis tous les ans lors d’un Te Déum, par le grand maître dans la cathédrale.
Bonaparte s’empara en 1798 de ce trésor, dont il conservera la dague sur son bureau jusqu’à la fin de son règne. Bonaparte l’a confiée à son orfèvre Martin-Guillaume Biennais, afin qu’il réalise un fourreau digne d’elle.
Désormais conservés au Louvre (salle Richelieu 24).


F


Fâdhila, ou Dsât-al-Fodhoul. L’une des trois cuirasses de Mahomet.

Fiddha. L’une des trois cuirasses de Mahomet.


G


God’s Own Catapult, (la propre catapulte de Dieu). Nom donné par Richard Cœur de Lion à l’un des deux trébuchets utilisés au cours du siège de Saint-Jean-d’Acre en 1191, lors de la troisième croisade.


H


Hatf. Une des épées de Mahomet. Son nom signifie la mortelle.


I





J


Joyeuse. Épée de Charlemagne. Elle est exposée au Musée du Louvre.
Selon la légende, elle portait dans son pommeau de nombreuses reliques, dont la Sainte Lance (lance qui aurait percé le flanc du Christ sur la croix).
L’épée utilisée lors du sacre des rois de France, probablement depuis Philippe Auguste en 1179, de manière documentée depuis Philippe III le Hardi en 1271, s’appelait aussi Joyeuse, et l’on prétendait qu’il s’agissait de la même. De fait, elle fut fabriquée plus tardivement, ses différents éléments remontant à des époques diverses : si le pommeau date en effet de la fin de l’époque carolingienne (Xe siècle), les quillons en forme de dragons opposés composant la garde datent quant à eux du XIIe siècle et la fusée (poignée) remonte au XIIIe ou au XIVe siècle. La plaque du fourreau ornée de pierreries a été exécutée au XIIIe siècle mais le velours fleurdelisé du fourreau ne remonte lui guère qu’au sacre de Charles X (1825).
La ville de Joyeuse (Ardèche) devrait son nom à l’épée de Charlemagne. Égarée sur un champ de bataille, celle-ci aurait été retrouvée par un des lieutenants de l’empereur qui, pour le remercier de sa fidélité, lui remit un fief rebaptisé Joyeuse et le droit d’en porter le nom.


K


Kvernbitr, appelé aussi foot-breadth (large comme le pied), ou Quern-biter. Le roi Hakon Ier de Norvège, dit Le Bon et son compagnon Thoralf Skolinson le Fort auraient tous deux possédé une épée portant ce nom.


L


Legbiter. Legbiter était l’épée de Magnus III de Norvège mort en 1103.

Lobera. Lobera était l’épée du roi Ferdinand III le Saint. Il était le Roi de Castile de 1217 et le Roi de Leon de 1230. Dans 1231, il a uni Leon et Castile. Pendant sa durée de vie, on l’a considéré comme un chevalier d’exemplaire. Il a été appelé le Champion Invincible de Jésus Christ par le pape Innocent IV. De nos jours conservée comme relique dans la Cathédrale de Séville, d’où chaque année elle est tirée dans une procession pour commémorer la reconquête(Reconquista) de Séville en 1248 par ledit roi. C’était le symbole du pouvoir de Ferdinand III, et ainsi il apparaîtra dans beaucoup de gravures, avec épée et orbe à une main, au lieu du sceptre traditionnel.


M


Les armes de Mahomet. Suivant les sources Mahomet aurait eu au moins sept sabres, trois arcs, trois cuirasses, trois lances et un bouclier. Mais il aurait dit que le vrai combat ne se livre pas au sabre, mais dans l’âme de l’homme.
Épées :
- Al-‘Adb ;
- Al-Battar ;
- Dhu al-faqar ;
- Hatf ;
- Al-Ma’thur ;
- Al-Mikhdham ;
- Al-Qadib ;
- Qal’i ;
- Al-Rasoub.
Arcs :
- Baïdhâ ;
- Cadra ;
- Rau’hâ.
Cuirasses :
- Fâdhila ;
- Fiddha ;
- Zhafar.

Ma’thur, ou al-Ma’thur Fijar. Une des épées de Mahomet. Cette épée qui était détenue par le prophète avant d’avoir reçu ses premières révélations de la Mecque.

Al-Mikhdham, ou Mikhdsam. Une des épées de Mahomet. Elle fut offerte par Mahomet à son gendre Ali ibn Abi Talib. Sur sa lame est gravée le nom de Zayn al-Din al-Abidin.


N



O



P



Q


Al-Qadib. Une des épées de Mahomet à lame fine réservée à la défense du voyageur et non pas pour les batailles, d’ailleurs, le Coran ne fait pas mention de son usage. Sur une des faces est écrit en argent : “Il n’y a de Dieu que Dieu et Mahomet est son prophète.

Qal’i, ou Qoaite ou Qul’ay. Une des épées de Mahomet. Elle porte sur sa lame l’inscription arabe “ceci est la noble épée de la maison du Prophète Mahomet, Messager de Dieu”.

Quern-biter, appelé aussi foot-breadth (large comme le pied), ou Kvernbitr. Le roi Hakon Ier de Norvège, dit Le Bon et son compagnon Thoralf Skolinson le Fort auraient tous deux possédé une épée portant ce nom


R


Rau’hâ. L’un des trois arcs de Mahomet.

Al-Rasoub, ou Rosoub. Une des épées de Mahomet.


S


Sainte Lance. La lance qui a percé le flanc de Jésus de Nazareth ou “Lance de Longin (Longinus)”. L’Évangile selon Jean (19, 33–35) précise : « S’étant approchés de Jésus, et le voyant déjà mort, ils ne lui rompirent pas les jambes, mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l’eau. Celui qui l’a vu en a rendu témoignage, et son témoignage est vrai, et il sait qu’il dit vrai, afin que vous croyiez aussi. »

Szczerbiec. L’épée de Boleslas Ier de Pologne. Son nom signifie “l’épée aux entailles” ou “l’ébréchée” car Boleslas l’utilisa pour frapper les barres de la grande porte dorée de Kiev, ce qui causa des entailles à l’épée, d’où son nom.


T


Trident ukrainien. Le blason de l'Ukraine est d'azur au trident d'or, c'est-à-dire un écu bleu sur lequel est apposé un trident jaune de forme symbolique. Ce trident ukrainien semblerait être la représentation symbolique d'un faucon gerfaut fondant sur une proie en piqué, stylisé selon une influence viking. Même s'il est officiellement le blason de l'Ukraine depuis le 26 juin 1996, il a été utilisé à diverses périodes et des fouilles archéologiques ont montré que des figures de tridents apparaissent dès le Ier siècle av. J.-C.


U



V



W



X



Y



Z


Zhafarr. L’une des trois cuirasses de Mahomet.

Zûl-Fikar, Zulfikar ou Zulfiqar. Autres noms de l’épée à deux pointes de Mahomet (Dhu al-faqar).



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.