STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

mardi 3 juin 2014

Les édifices religieux

Page en cours de création merci de votre compréhension et votre indulgence


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z




A


Abbatial(e). Adjectif qualifiant ce qui a un rapport avec une abbaye, un abbé, ou une abbesse.

Abbatiale. Église principale d’une abbaye. C'est le centre de la vie spirituelle qui est le plus fidèle reflet de l'ordre.

Abbaye :
- communauté religieuse de moines dirigés par un abbé ou de moniales dirigées par une abbesse ;
- bénéfice attaché au titre d’abbé ou d'abbesse ;
- monastère ou couvent qui abrite une de ces communautés ;
- bâtiment du monastère.

Absidiales, (chapelles absidiales). Désigne les chapelles qui ceignent l'abside principale.


B


Baptistère Un baptistère est un bâtiment spécifiquement destiné à pratiquer le baptême, chez les chrétiens. Comportant une cuve baptismale (elle a parfois disparu), il est adossé à une église ou le plus souvent à une cathédrale. Ces édifices sont souvent, comme les fonts baptismaux qu’ils abritaient, de formes ronde ou polygonale.
L’ampleur prise par la cérémonie sacramentelle et la splendeur du bâtiment reflètent l’importance du sacrement pour les chrétiens de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance.
Les baptistères ont été construit à une époque où l’Église baptisait un grand nombre de catéchumènes adultes, et où le baptême par immersion était la règle. Avant que Constantin ne donne un statut officiel au christianisme, on n’en trouve pas trace ailleurs. Du IXe siècle jusqu’au début du XIe siècle, les fonts baptismaux étaient disposés sous le porche de l’église, ou dans l’église elle-même. Après le IXe siècle, lorsque le baptême des nouveau-nés est devenu la règle, peu de baptistères sont construits.
Les baptistères étaient fréquemment de grande taille, si grands que certains conciles ou synodes se sont tenus dans un baptistère. Cette grande taille était due à plusieurs causes :
- dans l’Église primitive, c’est habituellement l’évêque en personne qui baptise les catéchumènes de son diocèse (raison pour laquelle les baptistères sont habituellement rattachés à une cathédrale et non à une église paroissiale) ;
- ce rite ne pouvait se tenir que trois fois par an.

Basilique :
- c'est une église sans transept, selon un plan à l'antique dit plan basilical ;
- église bâtie par un empereur ;
- église ayant reçu ce titre spécial du pape de par sa fonction de lieu de pèlerinage par exemple.


C


Cathédrale. Ellipse d’église cathédrale. Bâtiment et lieu de culte de la religion chrétienne, siège de l’évêché du diocèse. En son sein, on trouve la cathèdre qui est un grand siège avec accoudoirs où trône l'évêque, souvent placée derrière l'autel.

Catholicon, katholikon. Église orthodoxe principale d'un monastère cénobitique oriental.

Chapelle :
- une chapelle est un lieu de culte chrétien qui peut, selon le cas, constituer un édifice distinct ou être intégré dans un autre bâtiment ;
- on désigne comme chapelle soit un édifice religieux secondaire dans une paroisse (où il y a au moins déjà une église, dite église paroissiale) ;
- soit un lieu de culte au sein d’un bâtiment ou ensemble de bâtiments ayant une fonction précise (château, hôpital, école, etc.).

Chapelle ardente. Salle où l’on veille un mort, avant ses obsèques.

Chapelle castrale. Terme peu usité désignant une chapelle rattachée à un château.

Chapelle commémorative. Chapelle qui marque un lieu particulier (source miraculeuse, emplacement d’un miracle, tombeau d’un saint isolé, etc.).

Chapelle cimetériale. Chapelle qui est bâtie dans un cimetière.

Chapelle funéraire. Chapelle qui est destinée à recevoir, des cercueils ou sarcophages, voire des urnes funéraires.

Chapelle nosocomiale. Chapelle qui appartient ou se trouve à l'intérieur d'un hôpital.

Chapelle rayonnante, chapelle absidiale. En forme d’abside, chapelle intégrée dans l’architecture d’une église. Généralement multiples, Elles sont attenantes au déambulatoire (galerie qui sépare le chœur d’une église de ses chapelles). Cet élément architectural est apparu dès l’époque carolingienne.

Cloître, cloitre :
- cour d’un monastère entourée de galeries, avec un jardin ou un préau au milieu ;
- par extension, monastère ;
- partie d’un monastère qu’une clôture sépare du reste du bâtiment ;
- enceinte de maisons où logeaient autrefois les chanoines des églises cathédrales ou collégiales.

Collégiale. Ellipse d’église collégiale. Église qui réunit un ensemble de chanoines ailleurs qu’au siège de l’évêché. Par exemple, l’église Saint-Jean-Baptiste de Perpignan, en 1324 n’est encore qu’une collégiale, car la capitale religieuse est à Elne, où siégera l’évêque jusqu’en 1602.

Commanderie. Une commanderie était un monastère appartenant à un ordre religieux et militaire du Moyen Âge. Placée sous la responsabilité d’un commandeur ou précepteur. Elle se trouvait au centre d’un domaine foncier sur lequel étaient bâtis des fermes appelées les écarts. Bien que le plus souvent rurales, il existait aussi des commanderies urbaines et même portuaires. Sur les terres de rapport, terme opposé à terres de combat, ces domaines étaient une source de financement pour les activités militaires en Terre Sainte. Il s’agissait de grosses fermes, parfois fortifiées, qui comprenaient une chapelle, et tous les bâtiments nécessaires à la vie de ses habitants (logements, réfectoire, écuries, salle de chapitre, etc.).
Les commanderies servaient à la fois à rapporter de l’argent, grâce aux dîmes et autres taxes qu’elles percevaient, mais aussi à assurer la fourniture de biens alimentaires et de chevaux nécessaires à la réussite des expéditions en Terre Sainte.
Les commanderies devaient assurer le recrutement de nouveaux templiers qui y étaient formés un certain temps avant d’être envoyés en Orient.
Accessoirement, lorsqu’une commanderie se trouvait à proximité d’un grand itinéraire comme le chemin de Compostelle par exemple , elle a pu être dotée d’une bâtisse mi-hostellerie mi-hôpital, destiné à accueillir les voyageurs. Les pèlerins pouvaient ainsi bénéficier d’une assise hospitalière.

Couvent. Un couvent est un établissement religieux, généralement chrétien, où des clercs ou religieuses mènent une vie religieuse en communauté. Le couvent n'a pas de vocation monastique, il est donc plus ouvert sur le monde que le monastère. Contrairement à l'abbaye, le couvent n'est pas placé sous la responsabilité d'un abbé ou d'une abbesse, mais d'un(e) supérieur(e).

Crypte. Chapelle, généralement souterraine, d’une église, où l’on plaçait le corps ou les reliques des martyrs, des saints ou des personnages importants.

Cure. Demeure du curé en général proche de son église, appelé aussi presbytère. Par extension, c'est aussi la fonction ecclésiastique à laquelle est attachée la direction spirituelle d’une paroisse.

Curial. Ce qui est en rapport avec la cure, par exemple un jardin curial, une maison curiale.


D


Diocèse. Synonyme d'évêché, territoire soumis à la juridiction d’un évêque.

E


Église. Le bâtiment principal de culte d'une subdivision territoriale de l’évêché, sur lequel s’exerce le ministère d’un prêtre. Appelé aussi église paroissiale ou simplement paroisse.

Église cathédrale. Voir cathédrale.

Église cathédrale primatiale. Voir primatiale.

Église collégiale. Voir collégiale.

Église paroissiale. Voir église et/ou paroisse.

Église primatiale. Voir primatiale.

Église priorale. Voir priorale.

Évêché. Synonyme de diocèse, c'est le territoire soumis à la juridiction d’un évêque.


F



G


Grand séminaire. En France, le séminaire proprement dit est appelé Grand séminaire. Par opposition, le Petit séminaire est une école de niveau secondaire (collège, lycée).


H



I



J


Jewish Seminary. Voir séminaire rabbinique.


K


Katholiki. En Grèce, la plus grande église orthodoxe d'une ville, si elle n'est pas cathédrale (sans rapport avec le catholicisme).

Katholikon. Voir catholicon.

Kyriakon. Église orthodoxe principale d'une skite (voir ce mot) ou d'une laure (voir ce mot).


L


Laure. Dans l'Église orthodoxe et dans les Églises orientales, une laure est un établissement monastique où les moines vivent, durant la semaine, comme des ermites, dispersés dans une région éloignée des zones habitées. Le samedi soir, le dimanche et les jours de fête, ils se rassemblent pour chanter ensemble les offices, prendre les repas en commun et recevoir l'enseignement d'un ancien. Il s'agit d'un mode de vie monastique mixte.
Le terme peut également désigner un grand monastère orthodoxe auquel est conféré un statut d'honneur en raison de son importance.


M


Madrassa, médersa. École, qu'elle soit laïque ou religieuse, quelle que soit la confession. Ce terme peut aussi désigner spécifiquement une université théologique musulmane, ou plus rarement une université scientifique.

Mahomerie. Mosquée, dans le vocabulaire du Moyen Âge.

Maison canoniale. Maison affectée à une prébende qui est le revenu ecclésiastique, attaché ordinairement à un canonicat (dignité de chanoine).

Maison presbytérale. La maison du curé, dans une paroisse.

Maison presbytérienne. La maison du curé, dans une paroisse.

Métropole. Cathédrale orthodoxe, (siège d'archevêché).

Monastère. Établissement où vivent des moines ou des moniales. On parle également d'abbaye s'il est dirigé par un abbé ou de prieuré s'il est dépendant ou de moindre importance, et dirigé par un prieur.

Mosquée. Édifice où les musulmans se rassemblent pour la prière.


N



O



P


Palais Apostolique. Voir palais du Vatican.

Palais Sixte-V. Voir palais du Vatican.

Palais du Vatican. Le palais du Vatican ou, selon sa dénomination officielle, le palais Apostolique (appelé aussi palais Sixte-V, ou anciennement, Sacré Palais) est une des résidences des Papes depuis leur retour d'exil à Avignon (1377). Auparavant, et pendant plus d'un millénaire, les papes ont habité au palais du Latran à proximité de leur cathédrale, l'archibasilique Saint-Jean de Latran.

Paroisse. Subdivision territoriale de l’évêché, sur lequel s’exerce le ministère d’un prêtre. Le bâtiment principal de culte, en est l’église paroissiale appelé parfois aussi paroisse, les autres lieux de culte sont des chapelles. Ce terme peut désigner aussi l'ensemble des habitants de ce territoire qui individuellement s’appelle alors paroissien.

Petit séminaire. En France, le Petit séminaire est une école de niveau secondaire (collège, lycée) qui forme aussi bien des futurs séminaristes de niveau universitaire du grand séminaire (autre nom du séminaire), que des élèves qui resteront laïcs. Le terme et l'institution sont désuets en Europe, mais le petit séminaire a eu une grande importance sociale jusqu'au milieu du vingtième siècle. C'était souvent l'un des seuls moyens de s'instruire pour les enfants intellectuellement doués vivant à la campagne, que les curés de paroisse repéraient et dont l'Église prenait en charge les années d'études secondaires, en proposant aux meilleurs d'accéder au grand séminaire. C'est aussi au petit séminaire que la petite bourgeoisie catholique envoyait de préférence ses garçons pour qu'ils reçoivent une éducation classique de qualité dans un milieu moralement exigeant. L'internat était la règle et la discipline rigoureuse.

Presbytère. Habitation destinée au curé, au pasteur, dans une paroisse, appelé aussi cure.

Prieuré. Un prieuré est un monastère, le plus souvent subordonné à une abbaye plus importante. Il est placé sous l'autorité d'un prieur, lui-même dépendant d'un abbé plus important. On appelle également prieuré le bénéfice paroissial, c'est-à-dire le revenu d'une paroisse, principalement la dîme.

Primatiale. Ellipse d’église cathédrale primatiale. Bâtiment et lieu de culte de la religion chrétienne, siège d'un primat, évêque qui possède une suprématie, au moins honorifique, sur tous les évêques et archevêques d'une région.

Priorale. Église d'un prieuré.



Q



R



S


Sacré Palais. Voir palais du Vatican.

Saint-Sépulcre de Jérusalem. Église originelle à Jérusalem, qui était composée de deux bâtiments : à l'est du rocher du calvaire s'élevait une basilique (le Martyrium), et à l'ouest du rocher se trouvait la rotonde (l'Anastasis) abritant le tombeau de Jésus.

Salle capitulaire. Salle où se réunit le chapitre (assemblée locale de religieux pour traiter de leurs affaires), des moines ou des chanoines dans ou attenante d'une abbaye, d'une cathédrale, etc.

Sauveté. Les sauvetés sont des bourgs constitués autour des églises ou abbayes, et placées sous l’autorité du clergé.
Par opposition aux castelnaus qui ont pour origine des bourgs créés par un seigneur dans la dépendance de son château.

Séminaire catholique. Un séminaire est un établissement d'enseignement supérieur destiné à former des prêtres. Il dispense une formation liturgique, biblique, théologique, philosophique et pastorale. Les étudiants du séminaire sont appelés séminaristes. Certains séminaires sont également Facultés académiques de Philosophie et Théologie. Leurs diplômes sont alors reconnus par l'université pontificale (romaine) à laquelle elles sont affiliées.

Séminaire chrétien. Des Églises chrétiennes nomment séminaire, à l'exemple de l'Église catholique, les institutions qui forment leurs prêtres ou ministres. On parle donc de séminaire anglican, séminaire orthodoxe, séminaire luthérien, séminaire évangélique.

Séminaire rabbinique. Appelé aussi Jewish Seminary, désigne une institution d'enseignement par le Judaïsme rabbinique pour la formation des rabbins analogue à celui de l'Église catholique.

Skite. Un skite, ou une skite, est un ermitage, dans lequel un groupe d'ermites vit en retrait sous l'autorité d'un monastère principal, en adoptant sa règle monastique. Ceci leur permet de pouvoir méditer dans la solitude tout en étant soutenus dans leurs besoins matériels et spirituels par le monastère dont ils dépendent.

Synagogue. Une synagogue est un lieu de culte juif.


T


Temple. D'une façon généraliste, un temple est un lieu, un espace sacré placé sous la protection d'une divinité, et où un rite est pratiqué, où se célèbre un culte rendu à une divinité.
Dans le sens le plus courant en francophonie européenne aujourd'hui, en particulier dans les milieux d'héritage calviniste, le temple est l'édifice religieux (ou, plus généralement, le lieu de culte régulier) des protestants (quoique les protestants, tant réformés que luthériens, d'Alsace et de Moselle ainsi que de Suisse parlent plus souvent d’église, de même que les Canadiens).


U


Université pontificale. Une université pontificale est une université catholique romaine établie sous l'autorité directe du Saint-Siège. Elle est régie par le Code de droit canonique de 1983, articles 815 ff., selon lequel elle est établie pour donner des grades académiques en théologie sacrée, droit canonique, écriture sainte et philosophie. En pratique, beaucoup de ces universités donnent aussi d'autres diplômes.


V



W



X



Y



Z



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.